DON DE 100 LIVRES DE MICHEL INNOCENT PEYA A LA BIBLIOTHEQUE DU CERCLE CULTUREL SONY LABOU TANSI

BRAZZAVILLE, 27 AOUT (ACI) – L’auteur du livre «Entre le bon sens et l’alternance absolue, l’Afrique à la croisée des chemins», le Dr Michel Innocent Peya, a fait un don, le 24 août dernier à Brazzaville, de 100 exemplaires de son ouvrage au Cercle Culturel «Sony Labou Tansi» de Bacongo dans le 2ème arrondissement de la ville capitale.
Ce don, a-t-il dit, a été fait dans le souci de partager et de diffuser des connaissances et d’apporter sa contribution matérielle et intellectuelle et de témoigner son affection culturelle à ce centre qui, selon lui, est le creuset de la fierté artistique nationale.
Pour M. Peya, la promotion de cet ouvrage a été faite aux différents centres de presse, hauts lieux de culture, universités, Etats d’Afrique, d’Europe, d’Amérique, d’Asie et aux dépositaires du pouvoir traditionnel. Ce travail, a-t-il ajouté, a été salué pour la pertinence de sa problématique et des concepts qu’il développe. «Ce n’est pas nous qui le soulignons dans ce qui pourrait être vu comme un processus d’auto célébration, ce sont plutôt les derniers échos du monitoring de l’audience du livre», a-t-il poursuivi.
A cet effet, l’auteur a indiqué que le rapport officiel rendu par National Press Club aux Etats-Unis, un mois après leur passage dans ce pays, notifie la forte audience de plus de 16.000 adhérents retransmise sur 282 médias, sites web, télévisions et radios. Ce chiffre, a-t-il précisé, représente 6% de 318 millions d’habitants de la population américaine.
«Ce rapport qui a suscité une forte adhésion l’a été également dans plusieurs pays d’Amérique, d’Asie et d’Afrique», a-t-il renchéri. Au Congo, a fait savoir M. Peya, après l’avoir présenté aux légendaires du pouvoir ancestral, notamment des royaumes Loango, Téké et de Mbaya, ce livre a été introduit à l’université Marien Ngouabi, à travers un débat académique à la faculté de droit, puis la remise de 200 exemplaires de cet ouvrage à la grande bibliothèque universitaire qui, a-t-il estimé, est l’épicentre de la diffusion des savoirs à Brazzaville.
Ce livre, rappelle-t-on, est la résultante d’un travail sur l’observation sociologique de l’homme, celle de l’homme africain en particulier dans ses rapports avec l’environnement politique, économique et socioculturel. (ACI)
Blanchard MBOTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *