LE PRESIDENT SASSOU-N’GUESSO APPELLE AU REFERUNDUM CONSTITUTIONNEL

BRAZZAVILLE, 24 SEPT (ACI) – Le Chef de l’Etat, M. Denis Sassou-N’guesso, a décidé, le 22 septembre dernier à Brazzaville, conformément à la Constitution de soumettre à l’approbation directe du peuple pour référendum, le projet de loi énonçant les principes fondamentaux de la République, définissant les droits et devoirs des citoyens et fixant les nouvelles formes d’organisation, de fonctionnement de l’Etat.
S’adressant au peuple congolais, le Président de la République s’est appuyé notamment sur le premier alinéa de l’article 3 de la Constitution qui stipule que «La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce au moyen du suffrage universel par ses représentants élus ou par voie de référendum», et sur le troisième alinéa de l’article 110 de cette même Constitution qui attribue l’initiative des référendums au Président de la République concurremment avec le Parlement.
A cet effet, le garant de la bonne marche des Institutions de la République a appelé les Congolais à aller aux urnes pour décider eux-mêmes de l’avenir du pays. «C’est l’authentique exigence de la démocratie que nous avons voulue et instaurée dans notre pays au début des années 1990», a-t-il notamment déclaré dans son message à la nation.
Pour le Chef de l’Etat, les modalités de convocation du scrutin référendaire qui aura lieu dans un proche horizon, sont assujetties au préalable par l’adoption du projet de Constitution qui sera élaboré par une commission qui sera mise en place.
«Je veillerai personnellement à ce qu’il en soit ainsi. De la même façon, je serai attentif au bon déroulement des scrutins à venir de sorte que, dans la transparence requise, seule la volonté du peuple soit faite», a-t-il indiqué en substance.
Se basant sur les événements douloureux des années 1990 que le pays a connus, il a signifié que «l’aventure et le désordre ne relèvent pas de la démocratie. Ils n’ont aucune place dans la République et ne sauraient être tolérés». «Que tous les hommes et toutes les femmes politiques, retiennent, comme moi, que les Congolais n’ont pas besoin de violence. Ils n’ont pas besoin d’être instrumentalisés. Ils n’ont pas besoin de voir certains d’entre eux s’opposer à d’autres dans des combats fratricides», a-t-il insisté.
Selon le premier citoyen congolais, la liberté et la souveraineté des Congolais, sont nécessaires pour leur permettre de façonner, à leur manière, leur destin : en dehors de tout diktat, loin des égos suicidaires, des ambitions personnelles et des prétentions partisanes
La décision du Président de la République de convoquer le référendum, est consécutive aux consultations républicaines, engagées depuis plus d’un an, et ayant abouti à la tenue du 13 au 17 juillet dernier à Sibiti, chef lieu du département de la Lékoumou, du Dialogue national. Au cours de cette rencontre, les 629 participants, ont mis, entre autres, un accent particulier sur, la réforme des institutions, la gouvernance électorale. (ACI) Marna MANKENE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *