REDEFINIR LES BASES DU RESSOURCEMENT DU BUDGET POUR ASSURER LE DEVELOPPEMENT LOCAL

POINTE-NOIRE, 24 SEPT (ACI) – La deuxième session ordinaire du Conseil départemental du Kouilou se tient du 21 au 31 septembre à Pointe-Noire, avec pour objectif de redéfinir les bases du ressourcement du budget du département, en vue d’assurer le développement local.
Cette session est orientée vers deux axes essentiels, à savoir l’examen des affaires devant permettre à la collectivité de tirer un meilleur profit de l’exploitation faite dans le département des produits des carrières, des services d’hôtellerie, de la voie publique, des rivières et port. Le second axe consistera à rechercher le rééquilibrage du budget du Conseil, conformément à la conjoncture économique nationale actuelle.
Ouvrant les travaux de cette session, le président du Conseil départemental du Kouilou, M. Alexandre Mabiala, a indiqué que ces assisses se tiennent dans un contexte national de récession économique, occasionné par l’instabilité du prix du baril de pétrole. «Cette instabilité… est à l’origine du déséquilibre budgétaire manifeste, avec pour conséquence, la suppression de la dotation globale d’investissement pour cette 2015 et de la réduction considérable de la dotation de fonctionnement et de décentralisation», a fait savoir M. Mabiala.
A cet effet, il a souligné qu’il sera question de procéder à la révision du budget en cours d’exécution, voté en février dernier, pour équilibrer les dépenses de fonctionnement et supprimer, purement et simplement celles prévues en investissement.
Saisissant cette opportunité, le préfet du département du Kouilou, M. Fidèle Dimou a, dans sa communication, rappelé aux élus locaux l’intérêt de l’harmonie du couple déconcentration-décentralisation formé, soulignant que «nous sommes condamnés à travailler en synergie, si nous voulons réellement du développement de notre département dans l’intérêt bien compris de nos populations».
Rappelant également les missions des uns et des autres dans de théâtre d’opérations, M. Dimou a dit que celles du Conseil départemental consistent à délibérer, à exécuter les délibérations, à intervenir dans tous les plans de la vie sociale, économique et culturelle des citoyens.
Selon lui, le département en tant que représentant de l’Etat a les siennes, parmi lesquelles assurer la tutelle du Conseil qui n’est rien d’autre que le contrôle qui s’exerce sous forme administrative, financière et technique, conformément aux dispositions de la loi relative à l’exercice de la tutelle sur les collectives locales.
Etant une mission primordiale dans un Etat de droit, ce contrôle s’exerce moins avec une volonté de censurer le Conseil départemental que dans un esprit d’aide et de conseil que jusque-là les choses se passent assez bien depuis les mandatures passées, sauf en matière de passation des marchés et contrats publics locaux pour lesquels le Conseil n’a jamais respecté l’obligation légale de transmission. A ce sujet, une lettre a été adressée au président du bureau du Conseil afin que cette obligation soit désormais respectée.
Au sujet des marchés, il a cité par districts quelques ouvrages publics inachevés ou partiellement achevés, afin que dans les prochaines programmations du Conseil, un effort soit fait pour leur aboutissement.
Pointe-Noire et le Kouilou étant deux départements distincts bien que proches à plusieurs points de vue, M. Dimou a appelé les conseillers à réfléchir sur la question du patrimoine, surtout immobilier du Conseil départemental du Kouilou, situé à Pointe-Noire, la question de la rétrocession de cette taxe au conseil et du personnel décisionnaire en service dans les administrations du département de Pointe-Noire, moins rémunéré sur la dotation globale de la décentralisation du Kouilou.
M. Dimou a, par ailleurs, souhaité qu’à l’avenir les réunions du Conseil se tiennent au siège de la préfecture, conformément à la loi 7-2003 du 6 février 2003 portant organisation et fonctionnement des collectivités locales. (ACI) YOKA Beatrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *