Denis Sassou-N’guesso exprime sa consternation

Brazzaville, 15 NOV (ACI) – Le Président de la République, M. Denis Sassou N’guesso a témoigné, le 14 novembre à Brazzaville, sa profonde consternation, suite aux «attentats terroristes et odieux perpétrés à Paris dans la nuit du 13 novembre2015, causant la perte de 130 morts et plus de 300 blessés dont nombreux en état critique.

Dans une lettre adressée au Président Français, M. François Hollande, le chef de l’Etat congolais dit : «en cette circonstance particulièrement douloureuse, j’adresse, au nom du peuple et du gouvernement congolais, ainsi qu’en mon nom propre, mes condoléances les plus attristées, à votre excellence, au peuple et gouvernement français ainsi qu’aux familles éprouvées».Il a exprimé à cette occasion, ses sentiments de solidarité, de sympathie et de réconfort au peuple français, aux blessés et aux familles des victimes, s’inclinant ainsi devant la mémoire des disparus.

 «Ces actes barbares que je condamne avec véhémence, nous interpellent tous et nous rappellent une fois de plus, la nécessité pour la communauté internationale d’unir ses efforts en vue de combattre énergiquement le terrorisme et l’extrémisme sur toutes les formes», a relevé M. Sassou N’guesso.

«Ce n’est pas seulement un attentat, c’est un ensemble d’attentats. D’abord au stade de France, puis dans une des grande discothèques parisiennes, puis dans les rues avoisinantes avec plusieurs séquences successifs pendant une partie de la nuit. C’est un événement qui n’est jamais survenu dans le passé en France et on ne parle pas du nombre des blessés dont plusieurs sont entre la vie et la mort et dont d’autres auront s’ils survivent, des séquelles extrêmement graves», a expliqué l’ambassadeur français au Congo, M. Jean Pierre Vidon à l’issue de l’audience que le chef de l’Etat congolais lui a accordée.

Reconnaissant l’étroite relation qu’il y a entre le Congo et la France, l’ambassadeur français a fait savoir que «c’est un geste qui vient du fond cœur qui m’est affirmé par le président de la république qui n’est pas habituel y compris dans les circonstances douloureuses qu’un chef d’Etat reçoive un ambassadeur du pays qui est concerné». 

Ces attentats ont été reconnus tous par l’Etat Islamique, un mouvement terroriste qui écume la Syrie, l’Irack et certains pays occidentaux, avec des tentacules en Afrique notamment avec Boko Haram. (ACI)

 Philon Bondenga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *