6 MILLIONS DE DECES PAR ANNEE DUS AU TABAGISME

BRAZZAVILLE, 30 NOV (ACI) – Le conseiller administratif et juridique du ministre de la santé et de la population, M. Benjamin Ossombo, a révélé, le 24 novembre dernier à Brazzaville, que l’épidémie mondiale de tabagisme tue presque 6 millions de personnes chaque année, dont plus de 600 mille non fumeurs meurent parce qu’ils ont été exposés au tabagisme passif.

Cette révélation a été faite au cours de la célébration en différé au Congo de la journée mondiale sans tabac. Celle-ci est célébrée le 30 mai de chaque année. Placée cette année sous le thème «Eliminer le commerce illicite des produits du tabac», cette journée vise à évoquer les risques que représente le tabac et de plaider en faveur des politiques efficaces visant à réduire sa consommation.

«Si nous ne faisons rien, cette épidémie tuera plus de 8 millions de personnes chaque année d’ici à 2030. Plus de 80% de ces décès évitables se produiront dans les pays à revenus faibles où intermédiaires», a fait savoir M. Ossombo.

Le commerce illicite du tabac, dit-il, n’est pas seulement un problème dans les pays à revenu élevé, tous les pays du monde y sont confrontés, quelle que soit la forme qu’il prend. La solution réelle à ce fléau, a souligné M. Ossombo, est la mise en œuvre du protocole préconisé par la convention-cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac. C’est un instrument juridique sans équivalent, destiné à combattre et à éliminer à la longue un fléau international complexe qui a des conséquences sanitaires considérables.

Les engagements contenus dans cette convention, sont en harmonie avec la vision du gouvernement congolais en matière de lutte contre le tabagisme. Le Congo est en voie de consolider ses engagements nationaux et internationaux par la promotion et l’application du protocole dont il est membre depuis le 24 mai 2015, afin d’éliminer le commerce illicite des produits du tabac. Pour inverser le cours de l’épidémie de tabagisme, nombre de secteurs devront mener une action concertée sous le leadership du secteur de la santé.

La politique nationale de promotion de la santé, adoptée par le Congo en 2011, prévoit, entre autres, l’élaboration des politiques favorables à la santé, la création des milieux favorables à la santé, le renforcement de l’action communautaire, la réorientation des services avec les réformes de couvertures sanitaires universelles, des prestations basées sur le leadership de la santé et de la personne.

Le conseiller administratif et juridique du ministre de la santé et de la population a lancé un appel à tous les partenaires publics et privés, aux communautés urbaines et rurales, à la société civile de faire front commun contre cette menace économique et sociale.

Intervenant à cette occasion, le chef de service lutte contre les stupéfiants à la douane congolaise, M. Emmanuel Batadila, a inscrit au registre favorisant ce fléau, la contrebande et les magasins diplomatiques. Ces deux phénomènes, a indiqué M. Batadila, militent à l’évasion fiscale et la non-maîtrise du flux des importations de CD produits au niveau de la douane congolaise.

«La douane n’a pas attendu la convention de lutte anti-tabac pour aller en guerre contre le commerce illicite des produits du tabac. Le tabac au Congo est une marchandise fortement taxée. Les droits s’élèvent à plus de 90% de la valeur du produit importé», a rassuré le chef de service lutte contre les stupéfiants à la douane congolaise. Toutefois, il a indiqué que cette surtaxe n’est pas suffisante, tout le monde est interpellé pour que ce commerce illicite soit endigué.

Pour éliminer ce phénomène, a-t-il dit, il faut intensifier les contrôles au niveau des brigades douanières, pour déceler les produits illicites et être vigilant au niveau des magasins diplomatiques d’où sortent quelquefois ces produits.

Quoique le Congo ait ratifié le protocole y relatif, a rappelé M. Batadila, il souhaite que le texte de loi soit mis en application. (ACI)     

  Philon Bondenga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *