LE NOUVEAU COMMISSAIRE CENTRAL DE POLICE INSTALLE DANS SES FONCTIONS

DOLISIE, 30 NOV (ACI) – Le nouveau commissaire central de police de Dolisie, le commandant Achille Gabia Yongo, a été installé dans ses nouvelles fonctions le 19 novembre à Dolisie par le directeur général de la police, le général Jean François Ndengué en présence des autorités préfectorales et municipales de la commune.

Prenant la parole après la revue des troupes et la salutation des couleurs de la République, le directeur général de la police s’est adressé aux officiers et sous-officiers de la ville, de reconnaître désormais comme chef, le commandant Yongo. «Vous lui obéirez pour tout ce qu’il vous demandera pour les intérêts de services dans l’observation et l’exécution des lois et règlements de la République, conformément aux prescriptions de la Constitution du 6 novembre 2015 et c’est clair», a-t-il ordonné.

L’acte administratif portant nomination de ce dernier lu par le colonel Maurice Nkengué, chef du personnel de la police est un arrêté ministériel n°0804 du 27 octobre 2015 en son article 1er, signé par le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, M. Raymond Zéphirin Mboulou.

Le commandant Yongo, commissaire central de la police de Dolisie entrant succède à ce poste au commandant Franc Désiré Tsiro appelé à d’autres fonctions. Pour le nouveau responsable de la police à Dolisie interviewé par l’ACI, ses sentiments sont celles de satisfaction et de joie pour la confiance faite à son égard par le conseil de commandement de la police et plus particulièrement par le directeur général de la police, a-t-il renchéri.

Il a ensuite affirmé que la tâche va être difficile, mais pas facile tout en promettant de fournir des efforts d’être à la hauteur. «Tout se fera selon les règles de l’art dans le cadre légal des prescriptions de la police avec les autorités politico-administratives pour que la ville de Dolisie ne soit pas un théâtre du banditisme venant de n’importe où», a-t-il ajouté.

«J’ai la triple subordination : administrative du Maire, judiciaire du Procureur de la République et hiérarchique du directeur départemental de la police. «Tout ce que je ferais, je le ferais en étroite collaboration avec ces trois autorités, seul je ne peux pas car la police est une institution», a-t-il déclaré.

Sur son expérience professionnelle, le commandant Yongo reconnaît avoir déjà travaillé dans le département du Niari, dans le cadre du redéploiement de la force publique après les troubles sociaux qu’a connu le pays.      «En ce temps il n’y avait pas du banditisme ni de citoyens tués dans le département», a-t-il confirmé.

L’une des ses priorités serait que toute la population vive dans la quiétude totale, en respectant les lois et règlements de la République. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *