DECENTRALISER LES CENTRES DE REVISION DES LISTES ELECTORALES

BRAZZAVILLE, 30 JAN (ACI) – Le préfet du département de Brazzaville, M. Pierre Cébert Ibocko Onangha, a entretenu le 27 janvier dernier dans la capitale congolaise, les administrateurs-maires des arrondissements, les chefs de quartiers, de zones, de blocs de cette entité administrative sur la décentralisation des centres de révision des listes électorales.

Au cours de cette réunion, M. Ibocko Onangha a indiqué qu’en ce qui concerne l’élection présidentielle qui aura lieu le 20 mars 2016, le gouvernement congolais tient à rendre transparentes toutes les étapes liées au processus électoral en  commençant justement par la révision des  listes électorales.

«Cette activité étant une activité administrative, on ne peut pas l’entreprendre  dans une cité sans faire recours aux gestionnaires. C’est pour cela que nous sommes rattrapés par cette évidence. Nous gérons les questions de  sécurisation du  processus électoral et  cela commande l’implication  de tout un chacun», a-t-il dit.

A cette occasion, il a fait savoir que dans les arrondissements, il est  mis en place des  centres de bureaux d’enregistrement qui  sont sous le contrôle de chaque maire d’arrondissement. Il s’agit là d’un moment décisif parce que  Brazzaville et Pointe-Noire, comparativement au reste du pays,  regorgent le plus d’électeurs possibles, a-t-il souligné.

De ce point de vue, «nous  devons être non seulement très attentifs  mais aussi  très engagés parce que nous devons ratisser l’âge ; s’il y a 10 électeurs  par quartier, on doit réussir à enrôler au  moins  8 à 9 électeurs», a ajouté M. Ibocko Onangha.

«Au regard de la densité de la ville de Brazzaville, il n’est pas  normal que les commissions dites  de révisions des listes administratives soient figées. Ces  commissions doivent envahir les quartiers afin d’amener le produit vers le  consommateur. C’est donc  à vous bureaux d’enregistrement d’aller vers les usagers», a-t-il insisté.

Talangaï peut avoir plus ou moins 8 quartiers, les 5 bureaux d’enregistrement devraient s’organiser de telle sorte que même ceux qui sont dans les profondeurs de ce quartier soient intéressés à la chose. On ne vous demande pas de faire le porte à  porte,  car  le  porte à porte  se fait lorsqu’il s’agit de  l’enrôlement du recensement administratif.

S’agissant de la révision  des listes électorales, il a signifié qu’il faut amener ces listes le plus près possible vers les populations, précisant que cette information est aussi valable pour Poto-Poto, Ouenzé, Bacongo, Makélékélé, Madibou, Mfilou et Djiri.

Cette opération  va s’étendre jusqu’au 15 février prochain, pour avoir la possibilité d’attirer le maximum d’électeurs possibles,  de rendre ces listes fiables en se débarrassant d’un certain nombre d’écueils, notamment les personnes décédées,  les  doubles emplois, les changements de domicile, a-t-il indiqué.

«L’élection présidentielle c’est l’élection capitale où tout le Congo constitue une seule circonscription électorale. Il ne faudrait pas que ça soit un  sujet de  contestation  parce qu’on a mal dressé les  listes ou que  le corps électoral n’a pas  été maitrisé», a fait observer M. Ibocko Onangha.

Aussi a-t-il demandé une implication des chefs de quartiers et leurs substituts,  chefs de zones, de  blocs pour que tout le monde adhère à la dynamique de la révision des listes électorales. Il les  a également  invités  à créer une complicité avec les maires d’arrondissements qui feraient que les listes soient amenées vers  les  usagers, vers  les électeurs.

Cette dynamique doit être pérenne pour que tout le long du processus électoral jusqu’à l’aboutissement de cette opération, ce mouvement soit continuel jusqu’à la distribution des cartes d’électeurs, les chefs de quartiers, zones et de blocs devant être hautement responsabilisés, a-t-il insisté.

Enfin, le préfet de Brazzaville a demandé aux  administrateurs-maires d’arrondissements de Brazzaville, de  travailler en étroite collaboration avec les  chefs de  quartiers, de zones, de blocs, afin que  le processus de la révision des listes électorales soit une réussite. (ACI) Achille DANDAKA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *