FAIRE PARTICIPER TOUS LES CITOYENS AUX DEBATS CONTRADICTOIRES DANS LES MEDIAS D’ETAT

BRAZZAVILLE, 30 JAN (ACI) – Les participants à l’atelier «Contribuer pour la liberté d’expression et le respect des droits de l’homme en République du Congo», ont, entre autres, recommandé à l’issue de leurs travaux tenus du 28 au 29 janvier dernier à Brazzaville, aux médias d’Etat, la participation inconditionnelle de tous les citoyens à prendre part aux débats contradictoires quelle que soit leur appartenance sociale, politique et autre.

Cet atelier organisé par l’Association pour les Droits de l’Homme et l’Univers Carcéral (ADHU), en partenariat avec la Fondation Nationale pour la Démocratie (FND), a regroupé les partis politiques, les journalistes et les responsables de l’application des lois, en vue de réfléchir et de partager leur expérience sur la problématique de la liberté d’expression, des élections et des droits humains.

Dans leurs recommandations, ils ont demandé aux médias privés de ne pas s’afficher selon l’appartenance émotive devant chaque intervenant à leur outil de travail en prônant la neutralité. Ils ont recommandé aux journalistes de se regrouper en syndicats selon la déontologie professionnelle pour mieux organiser la défense de leurs intérêts et de leur éthique.

Aux agents de l’ordre public, les participants ont demandé de cesser avec l’utilisation excessive des violences policières à l’endroit des journalistes et des citoyens agissants pacifiquement.

Ils ont demandé aux partis politiques, de faire preuve d’honnêteté, de sincérité, de respect et de dignité à l’égard de chaque citoyen congolais, avant, pendant et après chaque élection désormais, pour qu’aucune larme des Congolais ne puisse encore couler dans le pays.

Privilégier l’éducation et la formation des militants, cadres du parti aux principes fondamentaux de la démocratie, des droits humains et de la liberté d’expression sur toute l’étendue de la République ; respecter les médias et les journalistes qu’ils appellent pour leurs activités politiques en considérant ces journalistes en tant que dignes partenaires et non des simples subalternes ; faire preuve de grandeur d’âme et d’esprit dans toute communication politique avérée lors de leur prestation devant les médias, font également partie des recommandations.

Dans discours de clôture, le président de l’ADHUC, M. Loamba Moké, a indiqué que cet atelier a permis de briser les barrières des préjugés, d’antagonisme, de méfiance, de défiance, de mécomptes et autres clichés défavorables, si non hostiles, hautement préjudiciables à l’entreprise de pleines réalisations de la démocratie et l’Etat de droit. (ACI) Blanchard BOTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *