LA PHASE DE VALIDATION DES PROJETS DES PLANS D’OPERATIONS EXIGE LA DISSIPATION DES SUPERFLUS

BRAZZAVILLE, 30 JAN (ACI) – Le Chef d’état-major général (CEMG) des Forces Armées Congolaises (FAC), coordonnateur du groupe d’anticipation stratégique, le général de division, Guy Blanchard Okoï, a indiqué le 28 janvier dernier à Brazzaville, aux contrôleurs opérationnels, commandants des groupements de force mixtes territoriaux, que la phase de validation de leurs projets des plans d’opérations qui revêt pour les contrôleurs une importance fondamentale, exige la dissipation des superflus.

Cette déclaration a été faite à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la conférence principale de planification de l’opération de sécurisation de l’élection présidentielle du 20 mars 2016, avec pour objectifs d’analyser l’évolution de la situation sécuritaire dans les zones d’action des commandements territoriaux ; de réajuster et valider les différents plans de sécurisation des commandants territoriaux.

Elle a également pour but de sensibiliser les commandants territoriaux sur la formation des unités des FAC au contrôle des foules ; donner des orientations en vue de la conduite de la campagne de renforcement des capacités de participation des unités de FAC aux missions de maitrise et de contrôle des foules et d’affiner les besoins logistiques des commandants territoriaux et préciser les modalités de leur mise à disposition.

Au cours de cette conférence, a dit le CEMG, il sera question de produire des documents fiables en privilégiant le pragmatisme et le réalisme en parfaite harmonie avec la directive conjointe des deux ministres de la force publique, qui est un enjeu majeur de la planification des FAC.

«Les objectifs de l’opération étant clairement connus et les acteurs opérationnels désignés, l’exhaustivité de notre processus de planification devrait, avec un certain réalisme, mettre également un accent particulier sur les modalités de mise en œuvre des échéanciers liés au soutien matériel des opérations à travers les évaluations des besoins indispensables exprimées par ces derniers», a-t-il notifié.

Cette conférence qui a pris trois jours, devra aboutir au renseignement du commandement sur l’évolution des situations sécuritaires générales et particulières dans les zones de sécurisation de la campagne et du scrutin présidentiel ; à la vérification de la cohérence des travaux de planification menés par les contrôleurs opérationnels désignés avec les dispositions du concept d’opération et de la directive particulière d’orientation du renseignement du CEMG des FAC, coordonnateur du groupe d’anticipation stratégique, commandant de l’opération ; au réajustement et à la validation des plans de sécurisation des contrôleurs opérationnels. (ACI) Blanchard BOTE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *