ADHESION DE L’APPROLEK A PO NA EKOLO

BRAZZAVILLE, 25 FEV (ACI) – La dynamique citoyenne «Po Na Ekolo-Samu na Bwala» du président Hugues Ngouélondélé et l’Association pour la Planification et la Polarisation de la Région de la Lékoumou (APPROLEK), dirigée par M. Clément Mouamba, ont signé, le 24 février à Brazzaville, un accord de partenariat en vue de lutter ensemble contre les antivaleurs.

A cette cérémonie d’adhésion de l’APPROLEK à la dynamique, le président Ngouélondélé a rappelé la mission cardinale de «Po Na Ekolo-Samu Na Bwala», qui est celle de lutter contre les antivaleurs et amener la jeunesse congolaise dans les vertus de la citoyenneté, en pensant à la paix et au développement national.

«Nous allons désormais le faire avec l’APPROLEK et les autres associations affiliées à la dynamique citoyenne. Nous devons nous unir pour la paix afin d’éviter la violence, la division tout en œuvrant dans le processus du mieux vivre ensemble», a rassuré le président de «Po Na Ekolo», cette dynamique politique qui compte plus de 400 associations affiliées à travers le pays.

Dans son mot de circonstance, M. Mouamba a déclaré que cet acte symbolique lie désormais l’APPROLEK et «Po Na Ekolo» dans l’atteinte des objectifs communs définis dans leurs textes fondamentaux respectifs.

«Comme Po Na Ekolo, l’APPROLEK œuvre pour la paix au Congo et récuse les violences, les pillages, le désordre, la manipulation des jeunes et toutes formes d’antivaleurs», a fait savoir le président de l’APPROLEK.

«Nous prenons l’engagement d’œuvrer utilement et conséquemment pour que nos deux associations aillent la main dans la main face aux défis présents et à venir», a-t-il souligné, en relevant que cette association citoyenne a pris position pour soutenir l’élection dès le premier tour au scrutin du 20 mars 2016  du candidat Denis Sassou-N’guesso.

Créée en 1992, l’Association pour la Planification et la Polarisation de la Région de la Lékoumou est une ONG à caractère socio-économique et technique dont les activités ont été relancées en février 2012, a-t-on appris. (ACI) Delphin KIBAKIDI

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *