LA FAAPA UNE FEDERATION DEVOUEE A LA FORMATION DES RESSOURCES HUMAINES

Rabat, 27 FEV (ACI) – Le président de la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaine (FAAPA) directeur général de l’Agence Marocaine de Presse (MAP), M. Khalil Hachimi Idrissi a annoncé le 26 février à Rabat, que son institution est une fédération confraternelle dévouée à la formation de ses ressources humaines et qui est capable en son sein de trouver les ressources de son mixité et la capacité de démontrer son utilité au pouvoir public à travers des liens.
Cette annonce a été faite lors de la clôture du séminaire de formation sur le journalisme économique et financier organisé pour les journalistes des agences de presse africaines du 22 au 26 février 2016.
A cette occasion, M. Khalil Hachimi Idrissi a précisé que le niveau atteint lors de ces séances de formation montre à l’évidence que la FAAPA est sur la bonne voie.
« Quand on parle de la formation et de la formation permanente à la FAAPA on lui donne une substance et cette substance ne peut se concrétiser qu’avec la qualité des stagiaires», a-t-il signifié, remerciant de ce fait tous ses confrères directeurs généraux des agences pour avoir envoyés des responsables, des stagiaires de haut niveau et des stagiaires qui souhaitent effectivement faire de l’échange entre les agences africaines, notamment dans le domaine de la formation, l’axe primordiale de l’activité de la FAAPA.
« La FAAPA, vous l’avez vu ce n’est pas un club des directeurs d’agences qui se retrouvent pour bien boire et bien manger, on travaille », a-t-il fait savoir.
Il a, à cet effet, expliqué que leur volonté est de créer des vrais liens entre les agences, « de démontrer que la coopération sud-sud à un sens dans notre métiers et qu’on est pas obligé d’aller chercher des métropoles outre-mer pour pouvoir communiquer, travailler, avoir des idées et réaliser des succès entre nous, c’est une démonstration de faits. Tous ceux qui existent dans notre continent, c’est à nous par la synergie qu’on développe entre nous de réaliser des avancés dans nos métiers respectifs et ça je crois que c’est un acquis de la FAAPA », a-t-il dit
Relevant l’idée de la fraternité nouvelle qui se construit à la FAAPA, le président de la MAP a indiqué qu’à la FAAPA il y a une vraie confraternité qui est en train de naître, elle est une approche strictement apolitique, « puisqu’il ne s’agit pas de politique entre nous, il s’agit de professionnalisme, de métier, de découverte, de déontologie et d’éthique », a-t-il notifié.
M. Khalil Hachimi Idrissi a, en outre informé les séminaristes de l’organisation
de l’assemblée générale de la FAAPA en novembre 2016 à Marrakech en marge de la COP 22 que le Maroc va abriter.
« L’idée de la FAAPA même au-delà des aspects de confraternité, de formation c’est aussi de développer un plaidoyer en direction des Etats Africains, pour leur dire d’arrêter d’appauvrir les agences et en même temps d’attendre de plus en plus davantage d’elles », a rappelé le président de cette fédération, demandant aux gouvernements respectifs de créer des liens contractuels avec les agences.

Pour sa part, M. Yaya Assadou Kolani, de l’Agence Togolaise de Presse (ATOP), porte-parole des stagiaires dudit séminaire, a remercié la FAAPA pour cette initiative.
Il a, à cette même occasion indiqué « qu’à travers nos différents pays, tout le monde connaît l’état dans lequel les différentes agences travaillent, mais à travers la FAAPA nous sommes en train de nourrir un espoir que les agences vont renaître, les agences vont revivre et vont pouvoir reprendre leur place d’en tant au niveau des différents pays ».
Reconnaissant la qualité de la formation reçue, qui a encore outillée davantage les agenciers présents à ce séminaire surtout sur le domaine économique, M. Yaya Assadou a dit que « beaucoup de nos collègues n’ont pas souvent l’habilité de s’aventurer sur ce domaine, mais avec les outils que nous venons de recevoir ici, nous sommes renforcé en terme de capacité pour pouvoir prendre en compte ce volet là et éclairer davantage nos lecteurs et permettre à tous ceux qui font la redistribution par rapport à nos informations de trouver matière à faire ».
« La FAAPA est en train de donner un nouvel espoir au niveau des agences et nous espérons qu’à travers ces différentes formations que vous êtes en train d’organiser, à travers ces différentes assemblées générales qui permettent à la FAAPA de revivre, nous allons ressortir de cette léthargie qui a longtemps marquées les agences », ont espéré les journalistes des agences présents à ce séminaire.
Dix-sept journalistes des 16 agences africaines ont pris part à ce séminaire, rappelle-t-on. (ACI)

Sosthène MILANDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *