LES SIGNATAIRES DE LA CHARTE DE LA VICTOIRE DE L’OPPOSITION DOUTENT DE LA FIABILITE DU LOGICIEL DU SCRUTIN

BRAZZAVILLE, 18 MARS (ACI) – Les cinq signataires de la charte de la victoire de l’opposition au scrutin présidentiel du 20 mars 2016 ont émis, le 18 mars à Brazzaville, des doutes quant à la fiabilité du logiciel qui sera utilisé lors de cette échéance électorale.
20160318_105443Ces sentiments ont été exprimés au cours d’une conférence de presse qu’ils ont animée en présence de la presse nationale et internationale.
« Le logiciel retenu par la Commission Nationale Electorale Indépendante (CNEI) devrait faire l’objet d’un appel d’offres. Or, nous ignorons à ce jour qui a produit ce logiciel et quelle est la fiabilité des programmes qui y sont introduits », a déclaré le candidat indépendant Jean Marie Michel Mokoko.
Pour les signataires de cette charte, la CNEI n’est pas paritaire si ce n’est une reconduction de la Commission Nationale d’Organisation des Elections (CONEL), a-t-il poursuivi.
Répondant à la question sur le climat délétère qui prévaut dans la ville de Brazzaville, le candidat André Okombi Salissa a rendu la CNEI responsable de cet état de chose « car elle ne veut pas traiter des élections sans une certaine partialité ».
Pour lui, les conditions d’une élection sincère, transparente ne sont pas réunies. « Pour preuve, à quelques jours du scrutin la majorité des électeurs n’ont pas de cartes d’électeurs et les listes ne sont pas affichées devant les bureaux de vote », a-t-il relevé, estimant qu’une élection mal organisée, sans transparence est souvent source de conflit. (ACI)

Bernard BIRISSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *