LA MODERNISATION DU PAYS DOIT PASSER PAR DES REFORMES

BRAZZAVILLE, 20 AVRIL (ACI) – Le Président élu de la nouvelle République, M. Denis Sassou-N’guesso, a souligné  le 16 Avril dernier à  Brazzaville, la nécessité d’engager des réformes pour la transformation du Congo, celles susceptibles notamment d’accélérer la course au  développement  du pays.

Cette déclaration a été faite lors de la cérémonie de prestation de serment devant la Cour Constitutionnelle pour son entrée en fonction pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête du pays.

«La réforme préalable à toutes est celle des institutions, donc l’Etat. Parce que l’Etat est le régulateur de la communauté nationale, le ferment des mutations intellectuelles et des évolutions morales qui s’y produisent. L’Etat est l’expression de la République. Il assure l’existence de la nation. Réformer l’Etat c’est réformer le corps de la République et l’âme de la nation», a-t-il affirmé.

En effet, depuis quelques années, il a été engagé le processus de modernisation des institutions nationales. Ce dernier a connu une accélération particulière avec l’adoption de la nouvelle constitution. De la sorte, l’édifice institutionnel du pays a été entièrement modifié dans ses fondements et dans son principe, a-t-il dit, ajoutant qu’une nouvelle République est née et la mise en œuvre de la nouvelle constitution par le prochain gouvernement permettra d’aller plus loin dans la pratique de la démocratie, dans la modernisation de la vie politique et de ses mœurs.

«Pour ce qui concerne l’administration publique et sa gouvernance, outre la réforme en profondeur de toute la fonction publique, nous avons à renforcer la décentralisation. Par ces temps de grandes incertitudes macroéconomiques, il y a nécessité pour l’Etat d’être au plus près de chaque collectivité locale, afin de mieux conduire son action de régulation et de catalyseur au développement», a fait savoir le Président Sassou-N’guesso.

Il y a urgence pour l’administration publique d’agir à partir de chaque localité en tenant compte de la particularité de chaque espace géographique, des réalités propres à chaque collectivité locale, et des comportements spécifiques en liaison avec les structures sociales existences, a-t-il indiqué.

Tout en signifiant que le développement du Congo sera à la fois global et local, le Chef de l’Etat a fait savoir que grâce à la décentralisation, on améliorera la gouvernance locale contribuant à une meilleure satisfaction des besoins des populations des différentes localités du pays. Au moyen de la décentralisation, l’on rendra l’action publique plus efficace. Pour ce faire, l’Etat se doit de renforcer les capacités des autorités locales à définir et à conduire des politiques pertinentes de développement local. De même qu’il mettra en place des moyens humains et financiers adéquats au profit des collectivités locales, a-t-il précisé.

Selon lui, l’enjeu de la décentralisation est la grande réforme appelée par tous et qui est portée par la constitution qui en fixe le principe et en détermine la portée. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *