PRESENTATION DU PROJET D’IMPLANTATION DU CONSORTIUM IMESAPI-HISCOM

BRAZZAVILLE, 28 AVRIL (ACI) – Le représentant du consortium IMESAPI-HISCOM, M. Carlos Garrido Garcia, a présenté, le 26 avril à Brazzaville, au ministre à la Présidence de la République, chargé des Zones Economiques Spéciales (ZES), M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, le projet d’implantation de ce consortium pour la fabrication de luminaire à technologie LED au Congo.

Audience Consortium

Cette présentation a été faite au cours d’une audience que le ministre à la Présidence de la République, chargé des zones économiques a accordée à M. Garrido Garcia, afin d’être la première usine à fournir  à l’Etat Congolais, à tous ses services publics et l’action privée dans le pays la marque «made in Congo» de ces luminaires.

Garrido Garcia a signifié que cette entreprise vient au Congo avec un travail fait, la volonté d’exécuter, avec de l’aide de financement, de garantie bancaire, un travail technique développé, avant de préciser que tout ce projet provenait de la finalisation de l’audit sollicité par le ministre de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, M. Jean Jacques Bouya.

L’objectif du consortium est d’implanter au Congo une usine de fabrication de luminaire de technologie LED pour approvisionner le marché de lumières pour l’éclairage public avec des produits de fabrication «made in Congo», implanter une usine de haute technologie qui va augmenter les capacités de RDI du pays et miser sur un secteur productif technologique qui favorise la diversification des exportations.

Dans le même cadre, le représentant du consortium a fait savoir que la modernisation de l’éclairage public aux plans d’avenir de la ville,  va augmenter les niveaux de sécurité électrique en appliquant la réglementation européenne, éviter la pollution lumineuse, l’éblouissement et la lumière parasite.

L’installation d’éclairage public dans les zones non illuminées va élever la sécurité et les heures d’utilisation des zones concernées, augmenter la productivité et générer plus d’activités aux entreprises et commerces et donner une vision moderne et intégrante à l’amélioration de la sécurité routière. L’utilisation de la technologie LED a pour but de réduire la consommation d’énergie, réussir la plus grande efficacité de l’éclairage public et réduire les émissions de gaz carbonique (CO2), a-t-il poursuivi.

Le travail du consortium consiste en la substitution des lampadaires et aussi en l’aménagement des zones où il n’y a pas de lumière, ce qui marquera la modernisation, la qualité et surtout un coup énergétique et une décharge des réseaux électriques, une économie qui va être autour de 65%, a-t-il dit.

Après la signature du contrat, la société mettra en marche en Espagne toutes les équipes dont une équipe commencera à formaliser le projet d’implantation de l’usine à Maloukou. Une autre équipe débutera l’audit sur Pointe-Noire et une autre équipe entamera à substituer les lampadaires à Brazzaville, a précisé le représentant du consortium.

Il a souhaité implanter une usine de fabrication de lumière sur environ 1500 à 2000 m² de surface construits, mais il faudra profiter de la surface supérieure pour les activités qui ne seront pas développées dans l’usine,  soit  une surface totale d’environ 4000 m² à Maloukou, a-t-il souligné.

Cette entreprise va engendrer des emplois et marquer le futur de la formation de tous les jeunes travailleurs, la formation permanente, a-t-il assuré, promettant ainsi de s’y occuper personnellement et spécialement.

Il a rappelé, à cette occasion, que le consortium a plus de 60 ans d’expérience dans l’installation d’éclairage public, vaste expérience dans la gestion de projets internationaux, orientation vers la prestation de services pour satisfaire les besoins d’organismes publics et appartient à l’un des plus grands groupes d’entreprise du monde supportant toutes capacités financières et techniques.

De son côté, le ministre des zones économiques spéciales, a remercié le consortium pour l’initiative d’investir au Congo, avant d’encourager la démarche participative que cette société a entreprise avec le gouvernement congolais tout en le rassurant de son concours. (ACI)

Nadège MAKOUBAMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *