AMELIORER LA GOUVERNANCE DE LA RESSOURCE FAUNIQUE DU PAYS

BRAZZAVILLE, 30 AVRIL (ACI) – Le directeur général de l’économie forestière, M. Jacques Ossissou, a annoncé, le 30 mai à Brazzaville, l’ouverture de la chasse sportive au Congo, saison 2016, qui pour sa 44ème journée, sera commémorée ce 1er mai sous le thème « Améliorons la gouvernance de la ressource faunique du pays, en vue de lutter efficacement contre les effets pervers du changement climatique».

  1. Ossissou a fait cette annonce à l’occasion de la 44ème journée d’ouverture de la chasse sportive en République du Congo, saison 2016, rappelant ainsi l’engagement du gouvernement dans l’action, depuis quelques années, de promotion de la gestion durable des ressources fauniques du pays.

Depuis 1972, un cadre légal et réglementaire a été mis en place pour la pérennisation du capital «faune sauvage». Ce cadre juridique, a confié M. Ossissou, concourt à la gestion qui garantit aux générations actuelles les possibilités d’exploiter ces ressources sans compromettre celles des générations futures.

Cette gestion doit notamment son existence à l’arrêté n°3772 du 12 août 1972, fixant les périodes d’ouverture et de fermeture de la chasse sportive en République du Congo. En application de cette disposition réglementaire, le Congo procède le 1er mai de chaque année à l’ouverture de la chasse sportive sur toute l’étendue du territoire national et ce pour une durée de six (6) mois.

Conformément aux dispositions de l’article 5, alinéa 1 de la loi 37-2008 du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées, la faune se définie comme «un patrimoine commun de la nation, dont l’Etat garantit la gestion durable», a notifié M. Ossissou.

Composante essentielle de la biodiversité, la faune a le mérite d’être protégée et exploitée de façon rationnelle à travers le tourisme de vision et / ou le tourisme cynégétique afin de procurer aux populations congolaises les avantages socio-économiques et socioculturels tout en garantissant sa durabilité.

Contribuant également au maintien de l’équilibre écologique à travers la pollinisation, la dissémination des graines, le dégagement des plans d’eau, la fertilisation des sols et bien d’autres actions, elle amène notre pays à œuvrer au respect des principes de gestion durable de la biodiversité.

Ces principes, a expliqué M. Ossissou, font à la fois partie des axes stratégiques du plan de convergence de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et de l’orientation de la politique générale en matière de forêt. (ACI)

Benjamin MANKEDI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *