DENONCER LES VIOLATIONS DES DROITS HUMAINS

BRAZZAVILLE, 30 MAI (ACI) – Le directeur exécutif de l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH), M. Trésor Nzila-Kendet, a exhorté, le 28 avril dernier à Brazzaville, les journalistes et les médias à s’approprier des notions  de droits de l’homme, pour dénoncer leur violation à travers le pays.

Cette interpellation de la presse congolaise a été formulée lors d’un atelier thématique de formation de journalistes et médias sur les notions de torture et mauvais traitements, dans le cadre du projet «Mobiliser et animer les efforts de la société civile dans la lutte contre la détention arbitraire et la torture en République du Congo (MANDAT) »,  réalisé en partenariat par l’OCDH et l’Association Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme (AEDH), avec l’appui financier de l’Union Européenne (UE).

A cette session, une quinzaine de professionnels des médias ont débattu sous la facilitation du journaliste américain, M. John Sullivan et du directeur exécutif de l’OCDH, entre autres, sur le rôle et l’importance des journalistes dans la protection des droits de l’homme et de l’Etat de droit, en particulier dans la lutte contre la torture et les arrestations arbitraires.

De même, les participants à cet atelier de formation, ont abordé les méthodes journalistiques d’enquête sur des cas de violations des droits, la coopération entre la société civile et les médias, les capacités d’influence de la presse dans une société en phase de démocratisation, ainsi que les instruments juridiques nationaux et internationaux de protection des droits humains, la protection des citoyens contre la torture et les arrestations arbitraires.

En effet, l’objectif principal visé à cette formation des journalistes et des médias a consisté à renforcer l’implication des professionnels de l’information dans la lutte contre la torture et la protection des droits car, ils sont des acteurs importants dans la surveillance et le respect des droits humains, tout en faisant partie intégrante de l’infrastructure nationale pour protéger les droits fondamentaux dans les sociétés en voie de démocratisation, a-t-on appris de l’OCDH. (ACI)

Delphin KIBAKIDI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *