LA CSTC ENGAGEE POUR LE MIEUX-ETRE DES TRAVAILLEURS

BRAZZAVILLE, 30 MAI (ACI) – Le président de la Confédération Syndicale des Travailleurs du Congo (CSTC), M. Elault Bello Bellard, a traduit le 1er mai à Brazzaville, à l’occasion de la fête internationale du travail, l’engagement de son organisation sur une voie conduisant au mieux-être des travailleurs congolais par des moyens et des procédés syndicaux professionnels.

 Dans une déclaration publiée à l’occasion de cette fête placée sous le thème  «Lutter, travailler pour un lendemain meilleur»,  il a notamment rappelé ces temps forts endurés par les travailleurs des Etats Unis, de la France et du reste du monde pour revendiquer leurs droits, ce, au prix de leurs vies, ajoutant que le monde du travail demeure et vit toujours des temps difficiles.

«Aucun pays n’est aujourd’hui isolé du reste du monde, ou ne peut vivre sous une cloche de verre. Les travailleurs partout où ils se trouvent, affrontent et affronteront inévitablement les plus puissants de leurs ennemis qui sont l’isolement, l’hostilité, les menaces, la diffamation et surtout la campagne implacable de ceux qui monopolisent les intérêts légaux des travailleurs», a-t-il souligné.

«Face à cela, la CSTC se revêt de ses armes que sont la concertation, le dialogue, le consensus et tout ce qui concoure à trouver des solutions plausibles là où il y a divergences. Ceci pour le seul intérêt de l’organisation et de ses adhérents», a ajouté le président de la CSTC

C’est pour cela que depuis presque quatre ans, la collaboration entre la CSTC et le gouvernement est relative au  respect incontestable des principes. «C’est ce qui justifie les quelques résultats constatés et les victoires réalisées en dépit de plusieurs écueils dans notre parcours dûs à la baisse vertigineuse et continue du prix du baril du pétrole», a-t-il dit.

De toute évidence, la CSTC a la certitude de l’aboutissement de quelques points d’ombre que l’organisation continuera à éclairer avec le gouvernement, à travers le conseil national du dialogue social. Car sur la table des négociations plusieurs dossiers attendent encore de trouver des solutions à savoir, la question sur le dysfonctionnement de la grille des salaires actuelle qui reste à corriger, la tenue des commissions administratives paritaires dans les meilleurs délais dans certains ministères, le traitement diligent de l’harmonisation des textes des enseignants et le paiement des rappels des soldes d’activités…

Dans le secteur du privé, «nous nous battrons pour arrêter les débordements liés à une abondance des dossiers  de certaines sociétés victimes des érosions des budgets d’exercice, des licenciements abusifs dûs aux excès des employeurs ou soit aux comportements rétrogrades de certains responsables des administrations publiques immatures, sans probité, en charge des problèmes des travailleurs», a indiqué le président de la CSTC.

La CSTC continuera à améliorer et à œuvrer pour que la pratique du syndicat par les jeunes, par les adultes et les femmes reste une branche prioritaire parmi ses nombreux objectifs, a-t-il rassuré. «Seulement, la réforme générale des salaires acquise de haute lutte avec le gouvernement, a concerné tous les travailleurs congolais. Elle a majoré le salaire des travailleurs aux revenus les plus bas et son application a été subordonnée à l’amélioration de l’organisation du travail depuis la base», a-t-il rappelé.

«Les décrets édictés par le gouvernement, les décrets-lois, la loi sur la sécurité sociale sont des dispositions qui nous permettront de parfaire l’organisation du travail, de nous efforcer d’élever encore la productivité, d’améliorer les normes en suivant le gouvernement dans l’impulsion des primes, de la création des emplois utiles, dans le processus d’aboutissement du point d’indice des salaires des fonctionnaires avec bien sûr le contrôle des résultats de l’achèvement de l’implantation de la réforme salariale», a précisé M. Bello Bellard.

«Nous sommes convaincus que pour parfaire notre vision, nous bénéficierons d’un environnement idéal marqué par la paix et la tranquillité. Comme on peut l’imaginer, la 5e République est une grande opportunité. Elle Promet énormément» a-t-il affirmé.

Selon lui, la rupture avec les comportements pervers du passé, passe aussi par la promesse faite par le Président de la République, à savoir piloter les situations politiques économiques et sociales, les réformes des institutions afin d’apporter plus d’efficacité au fonctionnement de l’Etat, travailler tant et plus à fortifier l’économie, la conquête par chaque ménage d’un pouvoir d’achat viable et à l’avènement d’une vie meilleure pour tous.

 A cette occasion de l’avènement des grands bouleversements, la CSTC attend beaucoup du conseil national du dialogue social, qu’elle espère être plus perspicace. Pour ce qui  concerne la CSTC, elle s’efforcera à amener le gouvernement à être plus coopératif et expéditif, à exécuter dans la collaboration les conclusions des prochaines rencontres, ce qui lui permettra en même temps de veiller aux problèmes qu’elle voudrait mettre en œuvre à l’avenir, parmi lesquels la situation des entreprises privées de droit congolais du fait des érosions des budgets consécutives à la baisse continue du prix du baril du pétrole, le mandatement du comité de suivi pour recueillir des informations concernant les droits des travailleurs à la suite des liquidations et des privatisations des entreprises et établissements privés…, a-t-il dit.

La stratégie de développement social consistera à achever et miser sur l’élévation de l’efficacité de la production sociale, de l’évolution progressive du rendement des travailleurs vers des structures rationnelles de la production rendant possible une croissance au développement de la spécialisation et de l’intégration économique, a-t-on appris.

La mise au point de ce schéma nécessitera un effort considérable, un travail étroitement coordonné. C’est ainsi que les comités départementaux et sectoriels affiliés à la CSTC sont interpellés pour une meilleure organisation professionnelle et une stricte discipline. Elle offrira également une vision réaliste d’un programme à long terme autour duquel tournera le travail de la CSTC. (ACI)

Godeline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *