La République a rendu hommage à Emilienne Botoka

Brazzaville,09 Septembre (ACI)-Le président de la République, M. Denis Sassou N’Guesso et son épouse, assistés des corps constitués nationaux, ont rendu le 8 septembre au palais des congrès de Brazzaville, un dernier hommage à la Sénatrice Emilienne Botoka, membre de la commission Economie et finances décédée le 27 août dernier à Paris en France à l’âge de 73 ans.

Dans l’oraison funèbre retraçant la vie de l’illustre disparue prononcée à cette occasion par le sénateur Antoine Banvidi, il ressort qu’Emilienne Botoka naquit le 15 novembre 1943 à Gangania rivière Impfondo, dans le département de la Likouala.

Après ses études primaires à l’école régionale d’Impfondo sanctionnées par l’obtention du Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE) en 1957, elle entre au collège normal des jeunes filles de Mouyondzi département de la Bouenza où elle fait partie de la première promotion.

 Elle en sort avec le Brevet d’Etudes secondaires du 1er cycle en 1961 puis devient institutrice après un an de formation complémentaire. Elle commence sa vie professionnelle en octobre 1963 et enseigne à l’école régionale d’Impfondo puis à l’école d’Impfondo village. Affectée à Brazzaville, elle enseigne à l’école primaire de la Mfoa à Poto-Poto, avant de travailler dans l’administration fonctionnelle de l’Alphabétisation.

Elle fait partie des femmes qui se sont engagées très tôt en politique. Ainsi, Emilienne Botoka commence comme attachée de cabinet de M. Denis Sassou N’Guesso, alors chef du département de la coordination des organisations de masse, à l’issue des assises du congrès constitutif du Parti congolais du travail (PCT) en 1969.

Au congrès constitutif de l’Union révolutionnaire des femmes du Congo (URFC), tenu la même année, Emilienne Botoka est élue membre du bureau national de cette organisation politique comme secrétaire chargée de l’administration, des Finances et du matériel, sous la présidence de Mme Joséphine Mountou Bayonne.

Au sortir du congrès de l’URFC tenu en 1979, elle est maintenue au bureau national et élue secrétaire chargée des relations extérieures, fonction qu’elle a occupée jusqu’en 1990, date à laquelle, elle a bénéficié de la confiance du chef de l’Etat pour être nommée ambassadrice plénipotentiaire de la République du Congo au Mozambique.

Membre active du comité central du Parti congolais du travail, Emilienne Botoka a connu une vie parlementaire étoffée en étant successivement député d’Impfondo à l’Assemblée nationale de 1992 à 1997 ; membre du Conseil national de transition (CNT) de 1998 à 2002 ; conseillère et sénatrice de Brazzaville de 2002 jusqu’à ce qu’elle a tiré sa révérence.

Au sénat, Emilienne Botoka a été membre de la commission Economie et finances, membre de l’Union parlementaire Afrique-Caraïbes-Pacifiques (ACP), membre du groupe d’Amitié République du Congo- République Démocratique du Congo (RDC), membre du groupe parlementaire de la majorité présidentielle (RMP). Elle a également été membre de la Haute Cour de Justice et a reçu des distinctions honorifiques dans l’ordre du dévouement et dans l’ordre du mérite congolais.

Elle a aussi été active dans la vie associative, principalement dans l’Association « A Mon Tour ». Elevée dans la culture catholique, elle a appartenu à la Fraternité Sainte Thérèse.  Rappelons que la veille, le PCT conduit par son secrétaire général Pierre Ngolo lui a également rendu un dernier hommage au siège communal de ce parti.

 Emilienne Botoka reposera pour l’éternité au Mausolée Marien- Ngouabi à Brazzaville. (ACI)

Jean KODILA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *