DEUX MORTS ET QUATRE BLESSES DANS LES RANGS DE LA FORCE PUBLIQUE

BRAZZAVILLE, 26 SEPT (ACI) –Au total deux éléments de la force publique ont été tués et quatre blessés par balle parmi eux, c’est le bilan de l’attaque des ex combattants de Frédéric Bitsangou alias Pasteur Ntoumi  au Village Mongola dans le district de Mindouli, département du Pool, donné par le ministre de la communication et des médias,  M. Thierry Moungalla, le 25 septembre à Brazzaville.

Cette agression des positions militaires perpétrée le 23 septembre  par les ex combattants, dans la base vie des  ouvriers Chinois au village Mongola, où ils y sont depuis quelques années à l’ouvrage pour la construction de la route nationale N°1, s’est poursuivie au village Kikembo, où se situe une autre base vie des troupes de la force publique qui se déploient pour sécuriser la zone notamment au niveau du péage de la route nationale qui passe à proximité, a déclaré M. Moungalla, à la télévision nationale congolaise.

En dépit du déploiement de la force publique, il est à déplorer depuis quelques semaines une soixantaine d’agressions d’ex combattants sur les populations civiles du Pool, s’est indigné le ministre de la communication et des médias, porte-parole du gouvernement. Selon lui,  il ne s’agit pas d’actes à caractère politique, mais simplement des actes de banditisme auxquels les populations de ce département sont fatiguées de leur récurrence.

«Ce sont les populations du Pool qui subissent ces actes récurrents,  ces agressions se caractérisent par des violes, des braquages à main armée, d’extorsion de fonds, d’actes criminels qui n’ont rien à avoir des actions politiques. On n’en déplore deux ou trois par semaine», poursuit M. Moungalla.

Du côté des agresseurs, aucune perte humaine n’a été enregistrée. Les assaillants, a-t-on noté, se sont échappés avec le matériel militaire. La force publique est à la trousse de ces bandits armés.

A Mindouli comme dans tout le Pool, les populations vaguent correctement à leurs occupations. « Au moment où nous parlons, il n’y a pas des combats, mais il y a eu un accrochage, une attaque contre les éléments de la force publique. Le déploiement de la force publique à permis de limiter ce type d’agression», a-t-il affirmé.

Le devoir de l’Etat, souligne le ministre Moungalla, est de ramener l’ordre républicain. «Je vous le garantis, l’ordre républicain reviendra totalement dans le cadre des actions qui sont menées et sur l’ensemble du territoire du département du Pool.

Depuis l’attaque de Brazzaville, le 4 avril dernier, la traque de Frédéric Bitsangou alias  pasteur Ntoumi se poursuit et un mandat d’arrêt a été lancé par la cour criminelle contre lui. (ACI)

Philon BONDENGA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *