La souveraineté est vitale pour la RPD de Corée

La souveraineté est vitale pour la RPD de Corée

sos-eup

Le 10 octobre marque le 71e anniversaire de la création du Parti du travail de Corée.

                                                     Si, depuis plus de 70 années, ce Parti a su conduire le peuple coréen toujours de victoire en victoire, il le doit aux grands Leaders Kim Il Sung et Kim Jong Il qui ont amené le pays à suivre invariablement la voie de l’indépendance, du Songun et du socialisme.

La servilité envers les grandes puissances et la dépendance à l’égard des étrangers ne conduisent les masses populaires qu’à l’opprobre, à la soumission et à l’échec. C’est une dure leçon tirée par la nation coréenne de son passé et de l’histoire pleins de vicissitudes du mouvement révolutionnaire international.

Kim Il Sung, en tenant compte de cette leçon et des impératifs du temps, a élaboré, dès le début de sa carrière révolutionnaire, les idées du Juche selon lesquelles chacun est maître de son destin et a la force de le façonner. Depuis, il a inculqué aux révolutionnaires coréens et à ses autres compatriotes l’esprit d’indépendance, accompli ainsi, l’œuvre historique qu’était la libération du pays et édifié sur le sol coréen un Etat socialiste, souverain, indépendant et auto-défensif.

De son côté, Kim Jong Il, en observant invariablement le principe de l’indépendance vis-à-vis des autres nations comme l’exigent les idées du Juche, a sauvegardé de pied ferme la souveraineté et la dignité nationales et développé davantage le socialisme axé sur les masses populaires.

Depuis la création de la RPDC, les impérialistes, les partisans de domination ont persévéré à user de sanctions et d’embargo contre elle et à lui susciter des obstacles, mais la RPDC a construit avec succès le socialisme. Vers la fin du siècle dernier, les tentatives impérialistes d’étouffement contre la RPDC ont atteint leur paroxysme.

Dans la dernière décennie du 20e siècle, alors que la chute en chaîne des régimes socialistes de plusieurs pays faisait parler aux impérialistes et aux autres réactionnaires de la « fin du socialisme », Kim Jong Il a publié coup sur coup nombre de ses immortels ouvrages classiques comme « La Leçon historique de l’édification du socialisme et la ligne générale de notre Parti », « Toute calomnie contre le socialisme est intolérable » et « Le socialisme est une science ». Dans ces ouvrages, il a prouvé la justesse et la scientificité du socialisme et proclamé avec solennité que la RPDC ne dévierait jamais de sa voie qu’elle a choisie ni n’hésiterait sur cette voie.

A l’époque, les impérialistes coalisés, notamment américains, en pointant leur attaque sur la RPDC, tentaient plus que jamais d’en obtenir l’isolation et l’étouffement. Toutefois, Kim Jong Il, en portant plus haut que jamais le drapeau de la souveraineté, a brisé sans réserve leurs tentatives d’agression et provocations.

Lorsque les Etats-Unis, en soupçonnant la RPDC de poursuivre un « programme nucléaire militaire » et cherchant à organiser une inspection sur ses installations nucléaires, exerçaient des pressions sur elle aussi bien sur les plans politique, militaire et économique que sur les terrains idéologique, culturel et diplomatique, Kim Jong Il a arrêté des mesures de rétorsion ultra-intransigeantes, obligeant ainsi le président états-unien à lui envoyer un message de garantie (le 20 octobre 1994) s’engageant à livrer à la RPDC des réacteurs à eau légère et des énergies de remplacement. Ainsi, furent signés le 11 juin 1993 une déclaration commune RPDC-USA s’engageant à trouver solution par voie pacifique du problème nucléaire de la RPDC et le 21 octobre 1994 un accord-cadre RPDC-USA ayant pour idée maîtresse cette livraison.

A l’époque, Kim Jong Il a mené la politique de Songun sur tous les plans, offrant ainsi des gages sûrs pour sauvegarder de pied ferme la souveraineté nationale du pays et faire progresser toujours vigoureusement l’œuvre socialiste.

La théorie révolutionnaire de l’époque précédente de la classe ouvrière avait défini cette classe comme classe dirigeante et cheville ouvrière de la révolution. Dans les autres pays socialistes, cette théorie était reconnue comme une vérité absolue.

Toutefois, Kim Jong Il, sans se laisser limiter par la théorie de l’époque précédente ou par des formules préétablies et en conformité avec l’évolution du temps et des impératifs du développement de la révolution, a créé un mode de gouvernement fondé sur le Songun en continuant et développant la théorie de Kim Il Sung voulant qu’on fasse cas de l’armée et des affaires militaires et l’a défini comme principal mode de gouvernement sous le socialisme.

Grâce à sa politique de Songun, politique originale, – voulant qu’on renforce par tous les moyens les rangs d’acteurs de la révolution qui a l’Armée populaire pour noyau et cheville ouvrière et impulse ainsi avec énergie l’édification du socialisme dans son ensemble, la puissance militaire de la RPDC a été renforcée considérablement ; en août 1998, la RPDC a lancé avec succès son premier satellite de sa fabrication et doté en technologie coréenne et procédé coup sur coup à des essais nucléaires souterrains qui furent plein succès.

Les médias de par le monde, commentant ces événements, ont fait remarquer : « La RPDC rabat l’orgueil des Etats-Unis en disant ce qu’elle veut dire sous les yeux de toutes les nations », « Les Etats-Unis se voient obligés à se tenir sur la défensive en présence de la politique de Songun de la RPDC », «Si les Etats-Unis remorquent le monde entier, c’est la RPDC qui dispose à sa guise des Etats-Unis. »

Ainsi, Kim Jong Il a observé de pied ferme le principe de l’indépendance vis-à-vis d’autres nations en faisant fi de toutes pressions et menaces. Grâce à sa direction pertinente, le prestige de la RPDC a augmenté plus que jamais, et les autres pays qui, par le passé, la négligeaient ou la tenaient à distance, ont enfin choisi à qui mieux mieux d’améliorer leurs relations avec elle.

En quelques années, presque tous les Etats de l’Europe de l’Ouest comme l’Italie, le Royaume-Uni, le royaume des Pays-Bas, l’Allemagne et l’Espagne, l’Union européenne, le Canada, le Brésil, la Nouvelle-Zélande, le Koweït, le Bahreïn et de nombreux autres Etats ont établi ou renoué les relations diplomatiques avec la RPDC.

Grâce à la politique de Songun, celle d’indépendance de Kim Jong Il, les deux parties de la Corée ont signé le 15 juin 2000 une déclaration commune s’engageant à réunifier en toute indépendance le pays suivant le principe « Entre nous, Coréens », et le 4 octobre 2007 une autre déclaration pour la concrétisation de cette première. Ainsi, a été ouverte une nouvelle ère, plus connue sous le nom d’époque de la réunification du 15 Juin. On dirait que c’est un événement spectaculaire.

A l’heure actuelle, grâce à la politique de Songun, celle d’indépendance que Kim Jong Un continue et développe, le socialisme de la RPDC va vigoureusement de l’avant en faisant fi de toutes sortes de défis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *