LA FILIERE CUISEUR ECONOME UN PROJET GENERATEUR D’EMPLOI

BRAZZAVILLE, 30 SEPT (ACI)- La directrice du pays- initiative développement, Mme Agnes Rosseti a révélé, le 30 septembre à Brazzaville, que la filière cuiseur économe est un projet où naissent 12 emplois à temps plein pendant 1an pour 3000cuiseurs.

img_20160930_104252Cette révélation a été faite lors, de la présentation du projet Filière Cuiseurs Economes (FCE) dont le but est de créer une filière locale porteuse d’emplois, tout en répondant à des besoins de la population et de l’environnement à savoir la réduction du nombre d’arbres abattus et réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Selon elle, l’enjeu est de développer une chaîne locale et durable de production et de commercialisation des cuiseurs et de limiter la déforestation. « Le but de FCE est de former les artisans afin qu’ils ne puissent plus avoir besoin des ONG internationales pour fonctionner par ce qu’ils auraient acquis l’ensemble de savoir- faire nécessaire », a- t- elle insisté.

Selon elle, 3000 cuiseurs économes « Congo-Mboté » utilisés pendant 1 an c’est 9000 arbres non abattus, mais aussi pour chaque cuiseur au moins 40.000 f cfa non dépensé en achat de bois ou charbon.

Utilisé par 75% de la population, ces cuiseurs permettent d’économiser plus de 45% de charbon et 50% de bois, de réduire les fumées et le risque de brûlure ainsi que de réduire l’abattage des arbres. Certains cuiseurs sont mixtes (charbon et bois) et d’autres n’utilisent que le charbon pour certains et le bois pour d’autres.

L’un des objectifs de cette deuxième phase, est de transférer certaines des activités, assurées par l’Initiative Développement (ID) dans un premier temps aux acteurs locaux à savoir le transport et stock de cuiseurs. ID, les accompagne par des formations et l’expérimentation de mécanismes de financements innovants. Les vendeurs ont également reçu une formation individuelle à l’intérêt du cuiseur économe et à son utilisation et bénéficie de l’appui du chargé de marketing pour réfléchir à la pérennisation de leur activité, a -t -on appris.

La seconde phase de développement dont la période va de 2013 à 2016 vise, la création de réseaux, l’extension géographique du projet et la mise sur le marché de nouveaux modèles de cuiseurs. « Face à la demande locale et grâce à une meilleur compréhension du marché, l’ambition était de mettre au point des modèles de très grande taille pour les cantines et les évènements et des modèles moins couteux pour les ménages très modestes afin de s’adapter aux différents besoins exprimés, a expliqué Mme Rosseti.

Crée en 2013, l’ID a déjà vendu plus de 3000 cuiseurs et élaboré des prototypes avec des artisans locaux, les premiers cuiseurs mixtes avec une tôle épaisse de 10 dixième ont été testé sur 125 familles à travers Brazzaville. A ce jour des bébés Mbotés ont été créés.

img_20160930_104246Par ailleurs, Mme Rosseti a indiqué que la filière manque de financement pour répondre à la demande de Pointe-Noire, «il faut un budget pour former les artisans, l’objectif n’est pas de vendre, mais d’accompagner les acteurs locaux afin qu’ils soient capables d’assurer tous les métiers de la filière, de la production à la vente tout en conservant une rémunération suffisante pour garantir leur adhésion. ID les accompagne par des formations et l’expérimentation de mécanismes de financements innovants », a -elle dit.

La première phase s’est achevée en 2015, et visait à créer à Brazzaville une filière de fabrication locales de cuiseurs économes de qualité en travaillant avec des artisans, soudeurs et vendeurs pour assurer la constitution et la pérennisation d’une filière locale de production-vente, appropriée pas les partenaires locaux, et qui se poursuive après le départ d’ID. (ACI)

Larlyce TCHIBINDA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *