ADAPTER L’AGRICULRURE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES

BRAZZAVILLE, 15 OCT (ACI) – Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, M. Henri Djombo, a appelé le 15 octobre dernier à Brazzaville, la population congolaise en particulier et celle du monde en général (9,6 milliards de personnes en 2050), à adapter l’agriculture aux changements climatiques et la rendre plus résiliente, plus productive et plus durable.

          «Une agriculture bien organisée est moins émettrice de gaz à effet de serre, s’adapte aux changements climatiques et contribue à la protection et au développement durable de la planète», a indiqué le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, dans la déclaration du gouvernement rendue publique à l’occasion de la 36ème anniversaire de la journée mondiale de l’alimentation, célébrée le 16 octobre de chaque année.

Placée sous le thème «Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi», cette journée qui coïncide avec le 71ème anniversaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), donne l’occasion non seulement de faire le point de la situation alimentaire des peuples, mais aussi et surtout de s’interroger sur les progrès réalisés dans la production agricole et alimentaire.

«Nous devons produire et consommer congolais, tout en veillant à une bonne qualité de notre alimentation et en respectant notre environnement», propose la déclaration du gouvernement, signifiant qu’il s’agit, en effet, de vulgariser des pratiques agricoles modernes afin de rendre plus attrayant les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et la pêche pour les jeunes.

Attirant l’attention des congolais, le message du gouvernement lu par M. Djombo affirme que «les changements climatiques ne sont ni une légende, ni une utopie, car nous en observons les effets dans notre environnement immédiat, tels que les perturbations climatiques, la sécheresse, a dégradation des sols, la baisse des rendements agricoles et des revenus en milieu rural, l’émergence des ennemis des plantes et des animaux et d’autres manifestations contre nature».

Pour parer à toutes ces catastrophes, le gouvernement a consigné un impératif dans son programme, «la Marche vers le développement», que le Congo doit engager son développement, consolider et pérenniser la croissance économique nationale et approfondir la diversification économique en réussissant la transition de l’économie de rente pétrolière vers l’économie reposant sur le développement de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

Le gouvernement, souligne la déclaration, s’attèle à apporter une riposte appropriée à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, mettant conséquemment en place un programme à moyen terme qui devra s’appuyer sur le développement des filières permettant d’accroitre l’offre nationale en produits alimentaires et de réduire significativement les importation de denrées et l’exportation de devises. (ACI)

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *