LES CHEFS D’ETAT ADOPTENT LA CHARTE SUR LA SECURITE ET LA SURETE MARITIMES

LOME, 16 OCT (ACI) – Les Chefs d’Etat et de gouvernements de l’Union Africaine (UA) ont adopté, le 15 octobre à Lomé au Togo, lors d’un sommet extraordinaire, la Charte sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

           L’objectif de cette Charte est, entre autres, de prévenir et réprimer la criminalité nationale et transnationale notamment le terrorisme, la piraterie, les vols à main armée à l’encontre des navires, le trafic de drogues, le trafic de migrants, la traite des personnes et les trafics illicites connexes de tous genres en mer, ainsi que la pêche illicite, non déclarée et non réglementées.

Ce document juridique  est également destiné à protéger l’environnement en général et l’environnement marin dans l’espace des Etats côtiers et insulaires, en particulier ; mais aussi à promouvoir et à renforcer la coopération dans les domaines de la sensibilisation au domaine maritime, la prévention par l’alerte précoce et la lutte contre la piraterie.

En outre, cette Charte permettra  de créer des institutions nationales, régionales et continentales appropriées et d’assurer la mise en œuvre de politiques susceptibles de promouvoir la sûreté et la sécurité en mer.

Selon ce même document, chaque Etat partie s’engage à poursuivre ses efforts, en prenant des mesures appropriées pour créer des emplois productifs, réduire l’extrême pauvreté et encourager la sensibilisation aux questions maritimes afin de créer les meilleures conditions de vie et de renforcer la cohésion sociale par la mise en œuvre d’une politique juste, inclusive et équitable visant à résoudre les problèmes socioéconomiques.

Selon le même instrument juridique, chaque Etat partie doit également s’engager à promouvoir la création d’emplois le long des côtes, en particulier en codifiant et en assurant la promotion de la pêche artisanale par la formation des acteurs du secteur, en encourageant la transformation locale des produits halieutiques et en facilitant leur commercialisation aux niveaux national, sous régional et international.

Estimant que l’adoption de cette charte est le premier pas vers la lutte efficace contre la piraterie maritime dans les océans et mers du continent africain, le président en exercice de l’Union Africaine, le président tchadien, Idriss Déby Itno a invité ses collègues à sa ratification dans un bref délai.

«L’aboutissement heureux du long et laborieux processus ayant conduit à l’adoption de la Charte de Lomé n’est qu’un premier pas d’une nouvelle étape dans sa mise en œuvre. Notre volonté commune de nous doter de ce précieux instrument juridique devrait aussi se traduire par notre détermination à le rendre applicable et opérationnel à travers sa ratification. Dans cette perspective, je vous invite à faire de l’entrée en vigueur de la charte, un objectif primordial», a-t-il insisté.

Quant à Denis Sassou-N’guesso, Président du Congo, il s’est réjoui en disant que «nous nous félicitons de l’adoption et la signature de la charte sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique ».

Plusieurs Chefs d’Etat ont pris part à ce sommet extraordinaire de l’organisation continentale. Il s’agit notamment du Kenyan Uhuru Kenyatta, du malien Ibrahim Boubacar Keïta, du tchadien Idriss Deby Itno, du congolais Denis Sassou-Nguesso, de l’ivoirien Alassane Dramane Ouattara, de l’équato-guinéen, Theodoro Obiang Nguema, du Djiboutien, Ismaël Omar Guele, de Jose Mario Vaz de la Guinée-Bissau, du sénégalais, Macky Sall et du Malgache, Hery Rajoanarimampianina, etc ainsi que les représentant des gouvernements. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *