LA SOLUTION PERENNE A LA CRISE LIBYENNE PASSE PAR LE DIALOGUE

BRAZZAVILLE, 30 JAN (ACI) –  Le président en exercice de l’Union Africaine (UA), président de la République du Tchad, M. Idriss Deby Itno, a affirmé récemment à Brazzaville, que la solution  pérenne et durable à la crise Libyenne passe par le dialogue et la concertation inclusive.

Intervenant à l’ouverture de la 2ème réunion du Comité de Haut Niveau de l’UA sur la Lybie, le 27 janvier dernier dans la capitale congolaise, M. Deby Itno a indiqué que la tenue d’un dialogue inclusif qui rassemble toutes les fractions libyennes est à cet égard une urgence et un impératif de premier ordre.

Le Président de l’UA a, à cette occasion, convié toutes les parties sans exclusion aucune à  accepter de se retrouver autour d’une table pour discuter de manière franche, sincère, loyale de l’avenir de leur pays.

 « Il est indéniable qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura pas de solution militaire à la crise Libyenne. C’est à juste titre que l’UA et les pays voisins de la Libye ne ménage aucun effort pour appuyer les efforts de la communauté internationale visant à réconcilier nos frères Libyens. », a-t- il dit à l’ouverture des travaux qui se sont déroulés à huit clos sous la direction du président de ce comité,  le chef de l’Etat congolais, M. Denis Sassou-N’guesso.

Reconnaissant la mission difficile et délicate confiée au président  du comité, M. Denis Sassou N’guesso, le président de l’UA a souligné que  cette mission participe à la dynamique globale de recherche de la paix et d’une solution négociée à la crise.

Il a toutefois fait savoir qu’en dépit des efforts considérables de l’UA et de toute la communauté internationale, des profondes divergences persistent toujours entre les acteurs libyens et la paix est loin d’être une réalité dans ce pays. « Plus les différents acteurs vont tergiverser plus la solution sera difficile. Qui veut raisonnablement l’avenir de son pays doit accepter de composer avec ses frères, à moins qu’il veule  hériter d’un pays en ruine », a-t- il martelé.

Le climat d’insécurité et  d’instabilité perturbe  la Libye et au-delà  c’est la zone sahélo-. C’est au regard de la détérioration grandissante de la situation sécuritaire dans la partie méridionale de la Libye que le gouvernement tchadien a été contraint de fermer sa frontière terrestre, s’est justifié M. Idriss Deby Itno.

Il  a, ainsi, fait comprendre que l’ampleur de cette crise  commande une solution urgente, formulant le vœu qu’à la prochaine réunion du comité de l’UA sur la Libye de ne plus parler de processus de dialogue à mettre sur les rails mais plutôt d’une amorce de paix à consolider. (ACI)

Sosthène MILANDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *