PLUS DE 70.000 TONNES DE SUCRE POUR LA SARIS-CONGO EN 2017

MOUTELA, 25 FEV (ACI) –  La Société Agricole et de Raffinage Industriel de Sucre (Saris-Congo) prévoit une production de sucre de 70.143 tonnes en 2017 contre 42.000 tonnes en 2016, a annoncé récemment à Moutela, localité située à 15 km de de la commune de Nkayi, dans le département de la Bouenza, le directeur général adjoint de cette société, M. Christian Renardet.

 L’augmentation de cette production s’explique par la pluviométrie normale et par le cycle encourageant pour les rendements de 2017, a indiqué M. Renardet, le 22 février dernier lors du lancement officiel de la campagne de commercialisation du sucre blond conditionné en sachet de 1kg et de 500g par le ministre du commerce extérieur et de la consommation, M. Euloge Landry Kolelas, en présence du préfet du département de la Bouenza, M. Jules Monkala Tsoumou.

Ce lancement s’inscrit dans le cadre de la promotion de toute production locale et de l’encouragement des exportations locaux à leur agrément par le ministère du commerce extérieur et de la consommation au niveau de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC).

La consommation du Congo en sucre se situe entre 60.000 et 63.000 tonnes. Cette situation permet à Saris-Congo d’avoir un excédent exportable dès cette année si la campagne se passe bien. Ce qui fait que cette société espère une production prudente de 57,8 tonnes de cannes par hectares, c’est-à-dire un peu plus de 8% par rapport à l’année dernière, a dit M. Renardet.

Face à ce changement de régime observé depuis huit ans, un projet avait été lancé depuis 2014, celui d’irrigation qui n’a jamais existé à Saris-Congo ni dans les sociétés précédentes, a souligné M. Renardet, précisant qu’il y a là un grand investissement qui vise à irriguer 3.500 hectares de cannes sous forme de pivots avec des systèmes circulaires d’irrigation.

La cérémonie de lancement du sucre blond a porté sur l’homologation des prix des deux produits de Saris-Congo, à savoir celui de 1kg et de 500 g. Concernant la tarification au niveau de Brazzaville et Pointe-Noire, la Saris-Congo doit vendre aux grossistes le carton de 25 kg à 13.600 FCFA et le carton de 1kg à 13.500 FCFA.

Le grossiste, quant à lui, doit vendre aux détaillants le carton de 500 g à 14.350 FCFA et celui de 1kg à 14.325 FCFA. Le prix de vente détaillant est fixé à 300 FCFA pour les 500 g et à 600 FCFA pour  1kg, a-t-on appris du chef de service administration des ventes, M. Marie André Bakekolo. Au niveau de Nkayi, le prix est de 570 FCFA pour le 1kg et de 285 FCFA pour les 500 g, a-t-il précisé.

Intervenant à cette cérémonie, le ministre Kolelas a signifié que sa présence dans les installations de Saris-Congo constitue aussi son appropriation des orientations du chef de l’Etat, M. Denis Sassou N’guesso, en vue de soutenir le programme du gouvernement relatif à la marche vers le développement, avec pour objectif la diversification de l’économie nationale et l’industrialisation de notre pays.

A ce propos, il a souligné que son département ne ménagera aucun effort pour accompagner et assister cette société dans la promotion de tous ses produits par le mécanisme d’agrément des produits originaires de l’Afrique Centrale made in Congo.

Parlant des difficultés rencontrées par la Saris-Congo lors de l’exercice 2016, M. Kolelas a demandé au directeur général adjoint d’insister sur le dialogue avec les travailleurs et les représentants de l’Etat du département de la Bouenza, afin d’éviter un certain nombre de choses.

La société Saris-Congo créée le 25 février 1991, suite à la privatisation de l’ancienne Sucrerie du Congo (SUCO), a aujourd’hui un capital social de 19 milliards 340 millions de FCFA. Premier employeur dans la vallée du Niari, la Saris-Congo a un effectif de 660 agents permanents et de 2800 temporaires liés. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *