CONGO/FETE DE TRAVAIL:NECESSITE D’IMPULSER ET D’APPROFFONDIR UNE NOUVELLE DYNAMIQUE DU PARTENERIAT SOCIAL

BRAZZAVILLE, 28 AVRIL (ACI) – Le ministre du travail et de la sécurité sociale, M. Emile Ouosso a souligné le 27 avril dernier à Brazzaville,  la nécessité d’impulser et d’approfondir une nouvelle dynamique du partenariat social, dans un message publié à l’occasion de la commémoration de la journée internationale du travail, célébré le 1er mai.

«Le dialogue social est la seule source de droit capable de concilier l’efficacité économique et la protection sociale grâce à l’adoption des solutions concertées, adaptées à chaque contexte, et à la gestion préventive des conflits sociaux», a-t-il dit, dans cette déclaration du gouvernement parvenue à   l’Agence Congolaise d’information.

C’est ainsi que pour le Congo,  le Président de la République a fait du dialogue social, un atout majeur de la stabilité au climat social, gage de l’efficacité économique et de la démocratie sociale dans l’entreprise, rendant hommage aux acteurs du monde du travail  pour leur contribution effective au travail productif et au maintien de la paix sociale en milieu professionnel.

 Les relations professionnelles qui se nouent dans le monde   du travail, a rappelé M. Ouosso,  s’exercent dans un contexte international et national soumis à de profondes et constantes mutations.

Selon le ministre du travail et de la sécurité sociale, cette évolution du contexte global et local impose de nouveaux comportements aux acteurs du monde du travail pour mieux faire face à de nouvelles priorités.

 Les performances au travail dépendent du dialogue social qui découle des principes fondamentaux de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et de la  déclaration de Philadelphie de 1944, déclinent  entre autres, que  «le travail n’est pas une marchandise ; la liberté d’expression et syndicale est une condition indispensable d’un progrès soutenu, la reconnaissance effective du droit à la négociation collective».

Il s’agit également de la possibilité pour tous d’une participation équitable aux fruits du progrès en matière de salaire et de gains, de durée du travail et d’autres conditions  de travail ; de la  collaboration des travailleurs et des employeurs à l’élaboration de la politique économique et sociale. (ACI)

Simone NGALIFOUROU

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *