CONGO/DOUANE: LES CADRES EDIFIES SUR LA GESTION DE RISQUES DOUANIERS

BRAZZAVILLE, 02 MAI (ACI) – Deux experts de l’Organisation Mondiale de Douane (OMD), informent du 2 au 6 mai prochain à Brazzaville, les cadres de la douane congolaise participant à l’atelier sur l’analyse de risques (Sélectivité et Cible), sur le processus standard de gestion des risques douaniers qui comporte cinq étapes dont l’évaluation et la hiérarchisation des risques.

Cet atelier a pour but de renforcer les capacités des cadres des douanes, mettre en œuvre l’accord de l’OMD, professionnaliser et spécialiser le personnel de douanes, mettre à niveau les cadres de douane, assurer une formation sur l’analyse des risques, assurer une collecte moderne des informations et diversifier les renseignements, concevoir une nouvelle politique de lutte contre la fraude et la criminalité transfrontalière organisée.

Parmi les cinq étapes principales du processus standard, a indiqué le directeur général de douane par intérim, M. Jean Baptiste Yomo, figurent également l’établissement du contexte ; l’indentification des risques ; l’analyse des risques et le règlement du problème des risques.

Dans son discours d’ouverture, il a défini la gestion des risques comme étant une application systématique des procédures et pratiques permettant à la douane de disposer des informations nécessaires pour traiter de manière adéquate, la question des transports ou des cargaisons qui présentent des risques. En plus de ces cinq étapes, la gestion du risque nécessite une surveillance et un examen constant, afin d’éliminer les évaluations faussement négatives et faussement positives des risques, a-t-il ajouté.

Pour lui, il est primordial tout le long du processus, de disposer des documents appropriés, d’établir une communication et de mener des consultations avec toutes les parties prenantes, car, a-t-il poursuivi, la gestion des risques est une entreprise globale, impliquant l’ensemble de l’organisation et pas seulement une section qui serait désignée à cette tâche.

A cette occasion, M. Yomo a demandé aux cadres de la douane d’innover et de proposer des solutions qui tiennent compte de l’évolution prévisible du contexte international. La douane, a-t-il souligné, ne doit plus simplement rechercher la maximisation des recettes budgétaires par une imposition élevée à la frontière.

Selon lui, la douane doit au contraire se mettre au service de la compétitivité économique en vue de générer une croissance forte, durable et inclusive avec cette nouvelle manière d’évaluer le risque qui pèse sur toute importation, afin d’instaurer une logique de justice et d’efficacité. C’est cela la douane de demain, a-t-il renchéri.

Intervenant à cette occasion, l’expert de l’Organisation Mondiale de Douane, M. Ibrahim Seck, l’un des formateurs à cet atelier, a déclaré que la dimension transfrontalière du commerce mondial couplé aux phénomènes de la criminalité organisée, appelle les administrations douanières respectives à coordonner des interventions avec les autres services étatiques et professionnels du secteur privé, ensuite au plan régional et international, entre les administrations des douanes et les diverses organisations internationales impliquées.

Pour être performantes, a-t-il suggéré, les douanes doivent avoir recours à l’analyse, à la sélection et au ciblage, en se basant notamment sur l’échange d’information et des renseignements en privilégiant la communication interne et externe.

Pour sa part, le directeur du Centre de Formation de Brazzaville (CFR), M. Gomez Tseket, a fait savoir qu’outre les formations adressées aux administrateurs des douanes, il existe un besoin croissant de formation douanière dans le secteur privé. Il est important, a-t-il poursuivi, d’assurer cette formation pour le développement de relations efficaces entre les douanes et les opérateurs économiques, mais aussi en tant que source potentielles de revenus pour le CRF.

Cet atelier a pour thème, «La gestion des risques (ciblage et sélectivité) qui rentre dans le cadre de la facilitation des échanges». (ACI)

Blanchard BOTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *