AFRIQUE/BAD: FAIRE DE L’AGRICULTURE L’UNE DES CINQ PRIORITES DE L’AFRIQUE

BRAZZAVILLE, 27 MAI  (ACI) – La  Banque  Africaine de Développement (BAD)  a  traduit du 22 au 25 mai  dernier  à Ahmedabad, en Inde, sa volonté de faire de la transformation agricole l’une de ses  cinq grandes priorités (dites Top 5), pour  nourrir l’Afrique.

Cette volonté a été exprimée au cours des Assemblées annuelles 2017 du groupe de la Banque  Africaine de Développement, tenues sous le thème «Transformer l’agriculture pour créer de la richesse en Afrique», a-t-on appris d’une source sûre.

Selon la BAD, l’agriculture  joue un rôle central dans la lutte contre la pauvreté, sans laquelle il ne saurait y avoir de sécurité alimentaire ni de transformation économique en Afrique,  précisant que l’agriculture est un secteur important de l’économie africaine.

Elle a, à cette occasion, placé  l’agriculture  au cœur des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODD) et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, qui ciblent  la réduction de la pauvreté ainsi que l’élimination de la faim et de l’insécurité alimentaire.

D’ici à 2025, l’Afrique dépensera près de 35 milliards de dollars  en importations de denrées alimentaires tous les ans, un chiffre qui pourrait atteindre les 110 milliards de dollars.

Le potentiel du secteur agricole africain et la nécessité de combler les lacunes dans l’approvisionnement alimentaire devraient, à eux seuls, convaincre les investisseurs du secteur privé. Regorgeant  plus de 65 % des terres arables encore disponibles dans le monde et riche d’une population jeune (420 millions âgés de 15 à 35 ans), l’Afrique a le potentiel de se muer en une puissance agricole mondiale et d’être le théâtre de la prochaine Révolution verte. Le Nigeria, le Rwanda, l’Éthiopie, le Sénégal et le Burkina Faso offrent d’excellents exemples d’une transformation agricole réussie.

Outre la réunion annuelle du Conseil des gouverneurs qui en est le point d’orgue, ces Assemblées annuelles ont  réuni des milliers de délégués et de participants, avec un programme riche de manifestations officielles et autres sessions parallèles qui sont axés sur les connaissances.

Les Assemblées annuelles offrent un forum unique aux représentants des gouvernements, du monde des affaires, de la société civile, de think-thank, du milieu universitaire et des médias d’Afrique et d’ailleurs, où sont débattues les questions cruciales sur le développement de l’Afrique.

Les gouverneurs de la banque proviennent  des 54 pays membres régionaux et 26 pays membres non régionaux,  rappelle-t-on. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *