CONGO/CULTURE: «LE MARIAGE KONGO : RITES ET SYMBOLES», UNE PUBLICATION DE JACQUES KOUNZILA PUBLIE

BRAZZAVILLE, 10 JUIN (ACI) – L’écrivain congolais Jacques Koundzila a récemment publié son livre intitulé «Le mariage Kongo : Rites et symboles», un ouvrage pratique pour réussir le rituel de la dot chez les Kongo et s’ouvrir à la connaissance des règles, des symboles et des contraintes liées à l’organisation et au déroulement de cette cérémonie traditionnelle.

Le mariage coutumier, une procédure obligatoire en droit congolais de la famille,  relève du droit traditionnel par une procédure stricte et rigoureuse. Avant de contracter le mariage civil ou religieux au Congo-Brazzaville, le droit  exige au préalable, un ensemble de rituels appelé «longo» (pré-mariage : rencontre entre deux familles pour officialiser l’union d’un homme et d’une femme, sceller par un pacte d’assistance mutuelle).

Ce livre réalisé par le groupe Ices basé à Essonnes (91100) en France, comprend six chapitres. Le chapitre zéro évoque les correspondances d’usage, alors que les  chapitres 1er, 2ème et 3ème mettent respectivement l’accent sur le «Premier vin», «Deuxième vin» et «Troisième vin».  Cependant, le chapitre 4 parle des nzonzi et les chapitres 5 et 6 mentionnent à tour à tour le Procédure du mariage coutumier et  la dot.

M. Alain Kounzilat, préfacier de cet ouvrage, a déclaré dans son introduction que l’histoire des peuples kongos et de leurs coutumes n’a pas été écrite et peu d’ouvrages parlent du mariage traditionnel kongo. Dans le souci de contribuer à la connaissance de ce sujet, il propose cette étude sociologique sur les rites et coutumes du mariage kongo.

Selon lui, ce travail est succinct, reconnait volontiers l’auteur. Mais il serait  également nécessaire, di-til,  de souligner l’extrême difficulté de l’analyse des données et le caractère ésotérique de certains concepts kongo. Ainsi, le mariage, longo, est le symétrique de ngolo, qui signifie les assises de la base familiale kongo.

«On est dès lors surpris par la richesse de l’information qui nous est offerte, et bien souvent, de sa précision même. On pourra par exemple et à juste titre apprécier la liste complète des éléments constitutifs de la dot, et réciproquement la liste des cadeaux nommée nsendolo que le père de la promise devra donner à son gendre», a-t-il poursuivi.

Pour ceux des congolais résidant au pays ou ailleurs qui veulent se marier selon la coutume, ce livre leur permet de constituer la liste des éléments nécessaires à la dot, a fait savoir le préfacier de ce livre.

En droit congolais,  le mariage civil ne peut se contracter sans avoir au préalable répondu aux obligations du mariage coutumier. Dans le cas contraire, une attestation doit être délivrée par le chef de famille pour signifier que la dot sera donnée ultérieurement.

Enseignant retraité et diplômé en sciences politiques de l’Institut Afro-asiatique de Tel Aviv en Israël, M. Jacques Kounzila est né vers 1930 à Mbamou au Congo-Brazzaville. Il fut le conservateur et directeur des musées nationaux du Congo et président du Tribunal d’instance de Kinkala (département du Pool). (ACI)

Michèle MAKOUMBOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *