CONGO/EMPLOI: LE PROGRAMME I-PLATEFORME POUR L’EMPLOI DES JEUNES

BRAZZAVILLE, 10 JUIN (ACI) – Les participants à la première table-ronde de la présentation du programme I-plateforme ont souligné, le 8 juin à Brazzaville, la nécessité de converger tous les programmes mis en œuvre par le gouvernement congolais dans le cadre de la formation qualifiante et de l’employabilité des jeunes, en vue d’une coordination efficiente de l’insertion socio­-professionnelle de la jeunesse.

Au cours de cette première table-ronde, organisée par l’ONG EDI «Ensemble pour le Développement Intégré», les représentants des entreprises, des ministères, des étudiants et les jeunes diplômés ont eu des échanges concernant l’accompagnement des jeunes dans la recherche du travail.

A cette occasion, le manager général de l’ONG EDI  en charge de l’exécution du programme I-Plateforme, l’un des sept composantes pour la mise en œuvre du programme Youth-connekt en République du Congo, M. Sébastien Hetuin, a indiqué   que cette structure s’est assignée pour mission d’accompagner  les jeunes à l’accéder à l’emploi.

Selon M. Hetuin, le programme Youth-connekt I-Plateforme est consacré à l’orientation et l’insertion professionnelle des jeunes. Ce projet, a-t-il dit, devait servir de passerelle entre les institutions, les entreprises et l’université afin que chacun puisse communiquer pour trouver une formation, un emploi, des informations utiles pouvant aboutir à un financement pour s’insérer plus facilement dans la vie professionnelle ou créer une entreprise. Ces informations ont été élaborées à l’endroit des jeunes à la quête d’une formation ou désireux de s’orienter professionnellement.

Partant du constat observé dans les entreprises congolaises qui sont  freinées dans leur élan de développement par manque  de profil approprié, capable de  s’intégrer et de comprendre en un laps de temps la vision de l’entreprise, I- Plateforme va s’impliquer dans la formation, l’orientation des jeunes afin qu’ils soient capables de répondre aux besoins d’emplois tant au niveau national qu’international.

Eu égard au diagnostic d’emploi qui rend pessimiste les jeunes congolais, car confrontés à une forte inadéquation entre la formation des jeunes et les besoins des entreprises, on s’aperçoit que des efforts réalisés par les écoles, instituts et universités pour gommer ces défaillances, à travers la convergence des actions entre ces instituts de formation des jeunes et les entreprises paraissent insignifiants.

Intervenant à cette rencontre, le conseiller  aux projets et à l’entreprenariat juvénile du ministère de la jeunesse et de l’éducation civique, M. Didier Jusvi Mabika Ngassaki a relevé que les statistiques démontrent que la population congolaise est constituée à 85 % des jeunes et des femmes. De même, 60% des  diplômés qui sortent de l’université demeurent sans emploi. «Ce qui laisse à croire que l’université, au lieu de former des cadres qui doivent être au service du développement du pays, forme plutôt des chômeurs. Entre temps, la fonction publique reste le rêve de la plupart des jeunes congolais», a souligné M. Mabika Ngassaki.

Il a fait savoir que l’incidence de pauvreté est très élevée au Congo à 45,6%, avec un taux très élevé dans les zones rurales estimé à 75 %. Aussi, les jeunes sont très peu actifs dans le domaine de l’entreprenariat, car butés à l’accessibilité des crédits.

Malgré le tableau  sombre de la situation de la jeunesse, des améliorations  considérables ont été réalisées entre autres, le cadre juridique et fiscal pour la création des Petites et moyennes entreprises (PME), et un programme de promotion de l’entreprenariat juvénile, a-t-il conclu.  (ACI)

BOLINGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *