AFRIQUE CENTRALE SCIENCES/CONVERTIR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE EN PRODUIT DE SERVICES

BRAZZAVILLE, 21 JUIN (ACI) – Le ministre de la recherche scientifique, M. Hellot Mantson Mampouya, a appelé le 19 juin à Brazzaville, les jeunes chercheurs scientifiques de l’Afrique centrale à être capables de convertir la recherche scientifique en produit des services qui apportent des bienfaits aux populations.

           Intervenant à l’ouverture d’un atelier sous le thème «Renforcement des capacités des jeunes et femmes scientifiques à la valorisation de la recherche scientifique», le ministre Mantson Mampouya a demandé aux femmes de participer davantage dans le domaine de la recherche scientifique.

Organisé par le ministère de la recherche scientifique en partenariat avec l’UNESCO, cet atelier permet aux participants d’échanger leurs expériences et de partager leurs connaissances en matière d’innovation. «C’est un moment important qui inaugure une approche nouvelle au front de ces jeunes qui se sont retrouvés pour construire la société du savoir», a indiqué le ministre de la recherche scientifique.

Ces rencontres renouvelables ouvriront la voie au développement des synergies, en vue des réponses adéquates à leurs préoccupations communes, a-t-il dit, relevant que le Congo, qui considère «la recherche scientifique comme étant un moteur du développement socio-économique, se réjouit d’abriter cet atelier régional  dont l’objectif concourt à la promotion de la recherche scientifique et la valorisation des résultats».

A cette occasion, le ministre a fait savoir qu’il existe de nombreux défis à relever dans le domaine de la recherche scientifique congolaise, et surtout dans le renforcement des capacités opérationnelles des équipes. C’est ainsi que  le ministère de tutelle s’est engagé à relever ces défis avec pertinences, grâce au projet mobilisateur de revenus.

Il a souhaité que cet atelier apporte une valeur ajoutée intellectuelle aux jeunes chercheurs et leurs équipes respectives et qu’il soit un outil indispensable au développement de la sous-région, compte tenu de l’importance de son  thème.

«Il parait judicieux de définir les conditions de sa pérennisation. Je partagerai, le moment venu avec les autres collègues, les conditions de les rendre pérennes au bénéfique des chercheurs à tous les niveaux», a-t-il précisé, affirmant que le ministère est disposé à soutenir une feuille de route qui laisse une porte ouverte au renouvellement des ressources humaines et des matériaux scientifiques.

Cet atelier qui prendra fin le 21 juin connait la participation des pays de la sous-région, notamment le Cameroun, la RCA, le Gabon et la RDC pour bâtir les stratégies de la recherche scientifique en Afrique centrale. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *