IMG_0928

CONGO-CULTURE/«SI J’ETAIS UN HOMME…», UN NOUVEAU LIVRE DE PUCETTE SASSOU-N’GUESSO

BRAZZAVILLE, 21 JUIN (ACI) – Un nouveau livre intitulé «Si j’étais un homme…», placé sous la thématique du mieux vivre ensemble, a été présenté et dédicacé, le 17 juin dernier à Brazzaville, par l’écrivaine congolaise, Mme Pucette Sassou-N’Guesso, après la publication de ses deux dernières œuvres titrées «Femme et vertu» et «Comprendre».Publié aux Editions Événementiel, ce livre de 58 pages se veut être un almanach de solutions aux problèmes auxquels les hommes sont confrontés dans la gestion aussi bien du foyer que de la société. De ce fait, il s’adresse particulièrement aux hommes, les exhortant au mieux vivre ensemble. Ce souci, a-t-elle fait savoir, est la justification du titre de son ouvrage.

Selon elle, le titre de ce livre n’exprime pas un sentiment de regret du fait d’être une femme. «Je n’ai aucun regret d’être une femme. Je suis contente de l’être et j’essaie de l’assumer au maximum. Par contre, je déplore le comportement des hommes dans leur façon de gérer le foyer en tant que père et mari. Telle est la raison qui m’a amenée à écrire cet ouvrage», a-t-elle notifié.

Pour Mme Pucette Sassou-N’Guesso, la publication de ces ouvrages, notamment «Femme et vertu» qui s’adresse aux femmes pour le mieux vivre ensemble, n’est que le début d’une aventure qui va se poursuivre avec des campagnes de sensibilisation et des rencontres, soulignant que le mieux vivre ensemble nécessite un travail continuel.

A cette fin, plusieurs enseignements et pratiques s’imposent, dit-elle,  reconnaissant que cela va nécessiter des séminaires et des descentes dans les administrations publiques et privées. Ce livre, a-t-elle conclu, est une leçon de la vie, dans le sens du «comment partager», «comment donner» et «comment recevoir».

Selon M. Raoul Goyendzi, enseignant de sociologie à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Marien Ngouabi, le livre de Mme Pucette Sassou-N’guesso pose aussi le problème de la place de l’homme dans la société, soulignant que dans la société congolaise tout va vite, avec tous les problèmes sociaux que ce milieu connait, notamment un environnement pluridisciplinaire, plurifonctionnel.

Très souvent, a-t-il dit, l’homme est le recours fondamental dans un foyer, étant donné qu’il est le père et le modèle.

«Nous vivons une époque très tourmentée et l’auteur insiste sur les normes, ce qui fait notre éducation. L’homme est certes un modèle, mais nous sommes dans un environnement où tout peut arriver et tout est possible face aux enfants, face à l’épouse et à la famille élargie à la manière africaine», a-t-il poursuivi.

Pour lui, le père reproduit son modèle à la fois sous la forme de la violence et sous la forme de la bonne éducation. En forme de la violence, a-t-il soutenu, quand les parents se battent devant les enfants. Ceux-ci vont reproduire cette violence quand ils seront grands.

«Le mieux vivre ensemble, tel que le conçoit l’auteur, c’est prendre du recul, être responsable, éviter l’égocentrisme et l’autosuffisance, parce que lorsqu’on est sûr de soi, on considère sa femme comme une vieille chaussure. Or, selon Mme Pucette Sassou-N’Guesso, le rôle de la femme est aussi crucial  dans un foyer».

Mme Pucette Sassou-N’Guesso, née Ikobo Ibata, est de nationalité congolaise. Elle est détentrice d’un Master en Business Administration et Marketing de l’Institut Franco-américain de management de Paris. En 2001, elle  a créé l’agence de communication I-COM, spécialisée dans le conseil en marketing et l’événementiel. (ACI)

BOTE Blanchard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *