CONGO-DEVELOPPEMENT/PROMOUVOIR LA TRANSFORMATION ET LA CONSERVATION DES PRODUITS AGRICOLES PAR LE SECHAGE SOLAIRE

BRAZZAVILLE, 24 JUIN (ACI) – Un atelier sur l’utilisation des énergies renouvelables dans la valorisation des denrées alimentaires de base s’est tenu le 23 juin dernier à Brazzaville, en vue de vulgariser et de développer la transformation et la conservation des produits agricoles par le séchage solaire dans le pays.

           «Le séchage solaire est l’un des moyens les plus efficaces, les plus adaptés dans le contexte du climat du Congo. C’est le moyen le moins cher pour assurer la conservation des produits agricoles locaux, vu la précarité des revenus des familles», a fait savoir le directeur de cabinet du ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Albert Malonga.

En effet, dans certains pays africains, l’utilisation du photovoltaïque a atteint des niveaux macrosociaux de développement (centrales solaires) et avec un climat ensoleillé en permanence et des compétences en ressources humaines disponibles, le Congo se doit d’emboiter le pas en s’impliquant complètement dans l’utilisation du potentiel solaire disponible, a indiqué M. Malonga.

Selon lui, le séchage solaire est susceptible d’assurer une bonne qualité des denrées alimentaires et éventuellement leur disponibilité pouvant avoir un réel impact sur la baisse des prix dans les marchés.

De son côté, le directeur général du Centre de Recherche et d’Initiation des Projets de Technologie (CRIPT), M. Gadet Michel Dzondo, a souligné que la deuxième phase va ancrer davantage dans  la perspective de la valorisation des énergies renouvelables, notamment l’utilisation du photovoltaïque dans l’alimentation des prototypes.

«Il s’agira pour  nous de fabriquer des panneaux solaires suffisamment puissants pour  alimenter nos prototypes, de petits appareils ménagers comme les séchoirs, les distillateurs, les broyeurs et les presses électriques», a-t-il dit, ajoutant que «nous voulons nous instituer en incubateur de projets pour accompagner les jeunes dans une culture d’autonomie».

Intervenant à cette occasion, la représentante de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) au Congo, Mme Suze Percy Filippini, a précisé que ces  innovations apportent au Congo une réponse cruciale aux besoins de conserver des aliments tout en préservant leur valeur nutritionnelle.

Pour elle, le choix de l’énergie solaire se justifie clairement parce qu’elle est disponible sur la planète et à la portée de toutes et de tous, mais sa maîtrise impose un certain leadership technologique relationnel à développer.

Le séchage solaire  favorise notamment la réduction notable du temps de séchage ; l’absence de contamination (poussière, oiseaux, insectes, rongeurs) ;  la protection en cas de pluie subite ; l’effet de serre des capteurs qui augmente la température de l’air ainsi que le coût de fonctionnement nul (main d’œuvre exemptée). (ACI)

 Berninie MASSAMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *