CONGO-EDUCATION /DEROULEMENT NORMAL DU BEPC SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE NATIONAL

POINTE-NOIRE, 24 JUIN (ACI) – Le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, M. Anatole Collinet Makosso, a reconnu le 22 juin à Pointe-Noire, que le BEPC session de juin 2017, s’est déroulé normalement sur toute l’étendue du territoire national, après plusieurs descentes effectuées dans les différents centres d’examens.

           Cette affirmation a été faite à l’issue de la tournée que le ministre en charge de l’enseignement primaire et secondaire a faite dans la ville océane notamment, au CEG Fouta, situé sur la route de Tchiamba-Nzasi, au complexe scolaire Jean Baptiste Tati Loutard, à Tchiamba et au CEPT-ISAC où il est parti apporter son soutien et ses encouragements aux candidats, les appelant à s’abstenir de tout comportement frauduleux.

A cette occasion, M. Collinet Makosso a visité un terrain de 1000 m2 au CEG Jean Baptiste Tati Loutard où sera construite une école primaire qui squatte pour le moment, les locaux de ce CEG.

De ce fait, il a demandé aux autorités locales de délimiter cet espace et évaluer le coût globale de l’opération d’expropriation. Pour lui, cette école primaire devra être opérationnelle dès la prochaine rentrée scolaire .

Par ailleurs, le ministre de l’enseignement primaire et secondaire a évoqué la situation de la perturbation de cet examen à Linzolo qui, selon lui, ne pouvait nullement affecter le bon déroulement de cette session. La situation était rapidement maitrisée par le gouvernement qui, a pris des dispositions pour l’organisation, ce 26 juin, d’une session spéciale en faveur des élèves perturbés le premier jour de l’examen par des assaillants qui avaient voulu s’emparer des malles contenant les sujets.

A cette occasion, M. Collinet Makosso a appelé toutes les personnes qui se livrent à de tels comportements de ne pas confondre les lieux et la situation. Les revendications que ces personnes supposent légitimes n’ont rien avoir avec l’avenir et la réussite des enfants qui passent nécessairement par l’école.

«Comment peut-on permettre, au nom de quelle revendication, perturber le déroulement des examens ? Comment peut-on et au nom de quelle revendication, venir déranger l’avenir des enfants innocents qui se sont préparés pendant neuf mois et ont parcouru des kilomètres parce que les enfants du pool tenaient à passer leurs examens tant du baccalauréat que du BEPC et nous en avons la preuve», s’est-il interrogé.

A cet effet, des psychologues ont été mobilisés et sont en train de recevoir ces enfants pour leur prise en charge, afin de les mettre dans les conditions de passer leur examen. «Ces enfants se sont rendus à la DEC et le droit à un enfant de passer son examen est un droit inaliénable, il ne nous appartient pas de l’en empêcher», a renchéri le ministre Collinet Makosso.

Pour lui, la réussite de cet examen est une tâche normale de l’administration. «Pour le gouvernement, nous l’avons accompli et nous espérons que toutes les années il en sera ainsi. Les examens devront se dérouler loin de la surenchère médiatique, démagogique et de toute forme de manipulation», a-t-il indiqué. (ACI)

 Blanchard BOTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *