CONGO/EDUCATION: LES ACTEURS POLITIQUES APPELES A EPARGNER L’ECOLE DES TUMULTES POLITICIENS

BRAZZAVILLE, 28 JUIN (ACI) – Le président de l’Association des Parents d’Elèves et Etudiants du Congo (APEEC), M. Grégoire Epouma, a appelé le 26 juin à Brazzaville, tous les acteurs politiques du pays, à se ressaisir et à laisser l’école congolaise à l’abri de toutes espèces de tumultes politiciens.

Cet appel a été lancé à l’occasion du lancement des épreuves écrites de la session spéciale destinée aux candidats régulièrement inscrits au centre de Linzolo qui a connu une perturbation dans le déroulement des épreuves du BEPC dès le premier jour de cet examen.

 Au total 160 candidats de ce centre ont été obligés de composer cette fois-ci à Brazzaville, pour des mesures de sécurité des élèves et des membres du jury affectés dans cette localité qui a été investie par les assaillants ayant emporté les malles contenant les sujets d’examen. Ceux-ci ont été récupérés quelques temps après par la force publique.

 Sur les 160 candidats inscrits dans ce centre, 18 étaient absents pour des raisons qui n’ont pas été évoquées et 142 élèves étaient présents, répartis en trois centres à savoir, le CEG de la fraternité, celui de Nganga Edouard et le lycée Chaminade.

Ces trois centres ont été visités par le directeur de cabinet du ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, M. Adolphe Mbou Maba, qui était accompagné du secrétaire général du district de Goma Tsé-Tsé, M. Léopold Missamou et du président de l’APEEC.

A cette occasion, M. Epouma a émis un sentiment à la fois de colère et de joie pour la tenue de cette session spéciale. «J’ai un sentiment de colère parce que les opérateurs politiques devraient apprendre à laisser l’école et que celle-ci reste une espèce d’havre de paix et non un lieu de joutes politiques», a-t-il indiqué.

Pour lui,  c’est à l’école qu’on forme les élites, ceux qui vont servir tout le monde, tous ceux qui, aujourd’hui gouvernent et ceux qui devraient chercher à gouverner, a-t-il soutenu. De ce point de vue, a-t-il poursuivi, au niveau de l’APEEC, c’est un sentiment de colère.

En outre, il a précisé avoir un sentiment de joie parce que le gouvernement a réagi subitement pour l’organisation de cette session, rappelant que  depuis le 21 juin l’APEEC avait lancé un communiqué à toute la base parentale qui s’interrogeait sur cette situation, et à qui, ils ont donné l’assurance du gouvernement pour l’organisation de ladite session. A cet effet, il a dit chapeau au gouvernement pour avoir donné la chance à tous les enfants.

Pour sa part, le secrétaire général du district de Goma Tsé-Tsé a rassuré que les enfants ont une bonne mine et sont prêts à affronter  les épreuves. Selon lui, il y a eu un travail moral qui a été fait par les psychologues afin de mettre les candidats en condition.

Par ailleurs, un candidat rassure, «le moral est haut, ces conditions me permettent d’affronter les épreuves avec sérénité,  car je suis plus concentré et je vais m’admettre malgré tout». (ACI)

Blanchard BOTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *