BOUENZA/ENVIRONNEMENT: PROJET DE PLANTATION FORESTIERE POUR REDUIRE LA PRESSION ENTROPIQUE

MADINGOU, 05 JUIL (ACI) – Les participants aux travaux de l’atelier de consultation des parties prenantes à la REDD+ du développement de la Bouenza ont, après examen du premier graff du plan d’investissement de la stratégie nationale, proposé récemment à Madingou, un projet de plantation forestière en vue de réduire la pression entropique sur les forêts de ce département, décimée par l’activité de production du bois énergie et de briques cuites dans les fours.

Au cours des travaux de cet atelier placé sous la présidence du chef de cabinet, représentant le préfet de la Bouenza, M. Noel Emmanuel Mazouka, plusieurs thèmes ont été développés par le point focal adjoint et le représentant de la coordination nationale REDD+. Il s’agit des représentations du processus REDD+ au Congo, des initiatives PIF et CAFI ainsi que du document du premier graff de  la stratégie nationale REDD+.

D’autres préoccupations qui ont fait l’objet des échanges à ces travaux ont essentiellement portées sur la contre partie de l’Etat dans les projets identifiés, la présence des agroindustriels dans le département et les avantages du PNAT qui contribuent à la sécurisation des espaces occupés et les difficultés liées à la mise en œuvre des dispositions légales.

A l’ouverture de la réunion des consultations départementale relative à l’examen du plan d’investissement de la stratégie nationale REDD+, le point focal adjoint, M. Germain Rock Mpassi-Moumpassi, a souligné que le plan d’investissement servira à définir, prioriser et chiffrer l’investissement  nécessaire pour la mise en œuvre de la stratégie REDD+.

«Il constitue un cadre de référence pour la mise en œuvre de cette stratégie», a-t- il précisé, avant de signifier que ce plan constitue une initiative stratégique importante pour la faisabilité de la REDD+.

Pour sa part, M. Noel Emmanuel Mazouka a, quant à lui, fait savoir que les résultats issus de cet examen prouvent à suffisance la poursuite des efforts nationaux dans les domaines de la gestion durable des forêts, la conservation de la biodiversité et l’accroissement de stick de carbone.

A La deuxième phase dite d’investissement, étaient présentes les membres du comité départemental REDD+, les administrations publiques, les organisations de la société civile et les populations autochtones de la Bouenza. Elle intervient après la première qui a permis, la mise en place des outils nécessaires à la mise en œuvre du processus REDD+ notamment, la stratégie nationale REDD+, rappelle-t-on.

Cette initiative va se poursuivre en septembre prochain par un atelier national qui se tiendra à Brazzaville, afin de donner une dimension nationale à la valorisation du plan d’investissement. (ACI) Jean-Claude Nsony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *