CONGO-DÉVELOPPEMENT/ACQUIS DU PDARP, LES POPULATIONS APPELES A LEUR ENTRETIEN

BRAZZAVILLE, 05 JUIL (ACI) – Les populations et les producteurs bénéficiaires ont été appelés, le 5 juillet à Brazzaville, par le directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, M. Michel Elenga, à l’entretien des acquis du Projet de Développement Agricole et de Réhabilitation des Pistes Rurales (PDARP).

Elenga a fait cet appel à l’ouverture de l’atelier de dissémination du rapport d’achèvement du PDARP qui a porté sur la performance et l’efficacité, la pertinence, les innovations, les avantages et les résultats dudit projet, sans oublier les enseignements tirés et les performances des partenaires et acteurs de mise en œuvre tels que le Gouvernement, la Banque mondiale, le Comité de pilotage, l’Unité de Coordination du Projet (UCP), l’Administration locale et décentralisée et les prestataires des services d’appui-conseil.

Au nombre des résultats du PDARP, le rapport a énuméré entre autres le renforcement des capacités des services centraux et déconcentrés du Ministère, par l’acquisition du matériel roulant et la formation des cadres ; la réhabilitation de près de 70 pistes rurales, soit une distance totale de 1319 kilomètres, dont environ 30% ont été entretenues ; la construction de 41 infrastructures de marchés, des boutiques, des points d’eau qui ont concouru à l’amélioration des conditions de commercialisation des denrées alimentaires ; le soutien financier à près de 1.000 groupements de producteurs dont la capacité de production et de commercialisation et les revenus ont connu une amélioration.

Parmi les enseignements tirés, le rapport a notifié entre autres, les enjeux pertinents auxquels le projet a fait face, à savoir les retards dans le décaissement de la contrepartie, ayant retardé l’atteinte des résultats ; les faiblesses dans l’encadrement technique et en gestion des microprojets, qui ont eu un impact négatif sur la pérennisation de certains investissements ; le choix inapproprié de certaines infrastructures de commercialisation.

S’agissant des enseignements quant aux défis à relever pour le développement du secteur agricole congolais, il a été noté, entre autres, l’insuffisance de l’encadrement technique et de l’accès des producteurs aux services d’appui-conseil, la nécessité de mettre en place de véritables filières semencières, la sécurisation de la terre agricole grâce au titre foncier et l’accès des producteurs au crédit à travers le système financier national.

Outre les enseignements, le rapport a fait des recommandations au Gouvernement, à savoir la mise en œuvre des réformes requises pour le renforcement de l’accès pérenne des producteurs aux services d’appui-conseil, aux semences améliorées et aux autres moyens de production (terres aménagées, pistes agricoles praticables en toute saison, etc.) et  l’accélération de la mise en œuvre du projet d’agriculture commerciale en cours de préparation en capitalisant sur les leçons apprises du PDARP.

Au cours des échanges, le coordonnateur du PDARP, M. Isidore Ondoki, a reconnu que le projet a été confronté à diverses difficultés qui ont eu un impact sur les résultats. En outre, il en a vanté les mérites. Le PDARP, a-t-il dit, a contribué entre autres à la lutte contre la pauvreté, à l’amélioration de la productivité et de la sécurité alimentaire, tout en amenant les producteurs à travailler avec les banques.

Selon le Chargé des projets à la Banque mondiale, M. Amadou Oumar Ba, avec la clôture du PDARP, il sied de procéder à une évaluation et de susciter une «bonne dose de conscience et de responsabilité chez les populations pour l’entretien, en vue de la pérennisation des infrastructures acquises grâce au projet».

Quelques bénéficiaires ont témoigné des bienfaits du PDARP. La Coordonnatrice de la Coopérative Etoile Production (CEP), Mme Eyeletielet Milina Stella, s’est réjouie de l’accroissement de la production de leur groupement, de la facilité dans la distribution de leurs produits et des échanges d’expérience avec d’autres coopératives.

De même, le directeur de l’entreprise Bâtiments-travaux Publics et Prestations de Services (EBCS), M. Florent Bony Koudinga, a noté la compétitivité de son groupe grâce à l’appui du PDARP.

Il est ressorti de quelques interventions que le PDARP n’a pas suffisamment communiqué, d’où plusieurs producteurs n’ont pas eu connaissance de l’existence de ce projet.

Approuvé le 5 juin 2007, le PDARP a été mis en vigueur le 3 avril 2008 et clôturé le 30 avril 2017. Le montant total de son financement s’est élevé à 50,5 millions de dollars, un cofinancement de 22,5 millions de dollars pour la Banque mondiale (IDA/IBRD) et de 28 millions de dollars pour le Gouvernement congolais. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *