CONGO/CULTURE: L’ECOLE DE PEINTURE DE POTO-POTO AU CŒUR D’UN VERNISSAGE A L’IFC

BRAZZAVILLE, 14 JUIL (ACI) – L’Ecole de peinture de Poto-Poto a été, le 11 juillet à Brazzaville, au cœur d’un vernissage à l’Institut Français du Congo (IFC) qui a ouvert l’exposition, jusqu’au 28 juillet prochain, sur le thème «L’Ecole de Poto-Poto : une histoire de l’art ?», des œuvres picturales de cette école de grande renommée.

           Ce vernissage a porté sur 22 tableaux polychromiques, peints entre 2014 et 2017, au nombre desquels figurent «Le jour de fête», «Danse Otsiérako» (Téké), «Joueur de cor», «La fécondité», «Mama mapassa», «Les sapeurs», «Les joueurs de billes» et «Les éléphants». Portant sur une diversité de thèmes, ces 22 tableaux sont le reflet de l’actualité artistique de l’Ecole de peinture de Poto-Poto, à travers laquelle il est possible de percevoir la mise en lumière d’un classique et d’un contemporain.

Expliquant le tableau «Mama Mapassa», l’artiste Sylvestre Mangouandza a indiqué que cette œuvre met en exergue la tradition congolaise autour de la naissance des jumeaux. Il a insisté sur la mise en évidence des seins de la femme, représentés pour exprimer la capacité de la mère à allaiter ces enfants que l’on dit mystérieux.

Rassemblant huit artistes peintres de cette école, entre autres MM. Sylvestre Mangouandza (Joueurs de billes), Gerly Mpo (Danse Otsiérako), Jacques Iloki (Joueur de cor), Paul Malanda (Les sapeurs) et cyrille Bokotaka (Fécondité), ce vernissage-exposition dégage à la fois «un art de relais» et «un art de création», selon la critique d’art, Mlle Mariusca Moukengue.

Répondant à la question posée par le thème de l’exposition, «L’Ecole de Poto-Poto : une histoire de l’art ?», l’Ambassadeur de France au Congo, M. Bertrand Cochery, a fait savoir que cet établissement «est incontestablement une référence de l’art dans l’histoire du Congo», ajoutant que l’historien Georges Balandier, dans son premier travail réalisé au Congo, à la fin des années 40 et au début des années 50, a perçu cette école comme étant une des contributions les plus authentiques à cette Afrique en mouvement.

Remerciant l’IFC pour l’organisation de cette exposition, M. Sylvestre Mangouandza a indiqué que, suivant les conseils de l’un des responsables de l’Ecole de Poto-Poto, «l’artiste doit s’inspirer de sa culture pour ne pas reproduire celles des autres horizons».

Située au rond-point Moungali, dans le 4ème arrondissement de Brazzaville, l’Ecole de peinture de Poto-Poto est reconnue comme centre d’art en 1951. Ayant pour fondateur M. Pierre Lods, cette structure est un cadre d’initiation à la peinture depuis l’époque coloniale.

Plusieurs artistes comme Gotène et Owassa ont été témoins de l’histoire de cette école. Elle est à l’origine de l’inspiration qui avait amené M. Léopold Sédar Senghor à créer le Festival mondial des Arts Nègres de Dakar en 1966, a-t-on appris. (ACI)     Benjamin Mankedi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *