CONGO-ELECTIONS: BON DEROULEMENT DU SCRUTIN

BRAZZAVILLE, 17 JUIL (ACI) – Les élections législatives et locales se sont déroulées, le 16 juillet sur toute l’étendue du territoire, dans le calme, la paix et sans incident majeur, en dehors de huit districts du département du Pool, où le scrutin n’a pu avoir lieu en raison de l’insécurité et du déplacement massif des populations vers d’autres localités.

DSC_0859

Interrogé au cours de sa tournée de supervision, le président de la Commission Nationale Electorale Indépendante (CNEI), M. Henri Bouka, a dit sa satisfaction quant au bon déroulement de ces élections. «Dans l’ensemble, je viens de voir les rapports de tous mes délégués dans les douze départements. Les bureaux de vote ont ouvert très tôt. Présentement, les opérations se déroulent très bien».

Quelques irrégularités d’ordre organisationnel ont été constatées dans certaines circonscriptions électorales, où l’on a noté l’ouverture tardive de certains bureaux de vote, le manque de bulletins de certains candidats, des noms oubliés sur les listes, des bulletins de vote égarés, l’affichage tardif des listes électorales après l’ouverture des bureaux de vote ainsi que l’arrivée tardive du matériel électoral.

D’autres irrégularités constatées ont porté sur la combinaison d’au moins deux bureaux de vote dans une même salle, créant de longues files d’attente ayant mis en difficulté certains électeurs d’accomplir à temps leur devoir civique, l’heure de la fermeture étant de rigueur (18h), conformément aux dispositions de la loi électorale.

Ces difficultés n’ont pas émoussé la volonté des électeurs qui ont  accompli leur devoir civique, malgré le manque d’engouement de certains. La présence des accesseurs, des délégués des candidats, des présidents des bureaux de vote a été effective. Les observateurs de l’Union Africaine (UA) et ceux de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs (CIRGL) ont supervisé les élections placées sous la surveillance de la Force Publique.

S’agissant des incidents survenus dans les localités de Kellé, Ewo (Cuvette-Ouest), et Kingoué dans la Bouenza où les populations ont confisqué les urnes,   M. Bouka a incriminé «quelques candidats  hors la loi », tout en dénonçant «ce genre de comportement délictueux faisant interdiction à certaines personnes de se présenter aux élections pendant un temps qui sera déterminé par les juges».

«On ne peut pas avancer dans la démocratie en s’opposant à la loi. La loi, c’est le maître sacré, sinon il n’y a pas d’Etat», a-t-il souligné, affirmant que «la loi électorale comporte des dispositions pénales».

DSC_1025

 «…Nous allons donner l’ordre aux agents et officiers de police judiciaire de procéder à l’interpellation de tous ceux qui ont occasionné le désordre, de les entendre sur procès-verbal pour qu’à la fin, s’il y a des infractions qui ont été commises, ces personnes-là répondent devant les tribunaux répressifs», a-t-il fait remarquer.

«La loi doit être respectée partout sur toute l’étendue du territoire national. Nous avons donné des instructions à tous les présidents, à tous les membres des COLEL et  des bureaux de vote», a-t-il poursivi.

S’agissant des votes par procuration, il a dit avoir donné comme instructions que le vote par procuration est une modalité d’expression de suffrages instituée par la loi électorale en son article 96  et encadré par un arrêté ministériel. Lorsque les conditions d’encadrement sont respectées, il n’y a pas de raison que deux ou trois personnes s’organisent pour dire non.

«On ne peut pas voter par procuration et à ce moment, c’est à la commission centrale d’en décider, puisque à l’issue du vote par procuration, les procurations sont jointes au procès-verbal de compilation des résultats. Maintenant, si  nous observons mille votes par procuration, naturellement il y a un problème et nous allons délibérer. Mais, nous ne pouvons interdire  le vote par procuration», a-t-il expliqué.

Pour sa part, la candidate du PCT à Talangaï, quartier 68, Ngamakosso, Manianga, Mme Claudia Ikia Sassou-N’Guesso qui a accompli son devoir civique au CEG A. A. Neto de cette circonscription électorale, a dit avoir présenté à ses électeurs de Talangai de façon générale, son programme qui s’articule autour du travail. «On va continuer le développement, on va continuer de travailler. C’est à  eux de décider,  de choisir si je mérite de continuer ce travail», a-t-elle indiqué à l’issue du vote.

Au total 711 candidats ont pris part aux législatives, sur toute l’étendue du territoire national, tandis que 81.319 candidats ont figuré sur 1.189 listes aux locales. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *