CONGO/HUMANITAIRE : UN APPEL DE FONDS POUR LANCER UN PLAN D’URGENCE DANS LE POOL

Brazzaville, 24 Juillet (ACI) – Le gouvernement congolais, le Système des Nations Unies au Congo et 16 autres partenaires ont  lancé un appel de fonds de 23,7 millions de dollars pour financer un plan de réponse humanitaire afin de venir en aide à 138 000 personnes en détresse dans le département du Pool.

Le plan vise à apporter une assistance d’urgence, à renforcer la protection et la résilience de ces hommes, femmes et enfants en danger, rapporte un communiqué de presse parvenu à l’ACI, le 24 juillet.

Il s’agit des personnes vulnérables restées dans les districts du Pool affectés par un conflit armé, des personnes déplacées dans ces zones et celles ayant trouvé refuge dans les départements voisins ainsi que leurs familles d’accueil.

Ce plan d’urgence concerne les domaines de la santé ; la nutrition ; la sécurité alimentaire ; l’éducation ; la protection ; les abris ; l’eau, l’hygiène et l’assainissement ; le relèvement précoce et la coordination. Cette première planification humanitaire mettra l’accent sur la réponse d’urgence, mais aussi sur la recherche de solutions durables. Les besoins en matière de protection sont nombreux : ces populations sont exposées à des attaques, des menaces, aux violences sexuelles, à la perte ou à la séparation familiale.

En vue de sauver des vies, le gouvernement congolais et le système des Nations Unies ont immédiatement besoin de cette somme pour continuer à fournir une assistance humanitaire d’urgence pour les six prochains mois.

Les violences et l’insécurité qui secouent certains districts du département du Pool depuis avril 2016 ont des conséquences dramatiques sur la population. Une enquête sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle menée en juin 2017 auprès des personnes affectées a révélé que plus de la moitié des familles sont en situation d’insécurité alimentaire. Elles font face à de grandes difficultés d’accès à la nourriture et aux besoins élémentaires de base.

Le taux de malnutrition aiguë global parmi les enfants déplacés de moins de 5 ans est de 17,3% et atteint même 20,4% dans le département de la Bouenza, dépassant le seuil d’urgence de 15% établi par l’OMS. De plus, ces chiffres laissent présager une situation encore plus grave dans certaines localités difficilement accessibles depuis juillet 2016. L’accès aux soins de santé, à l’éducation et aux produits du marché est devenu de plus en plus restreint, conclut le communiqué. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *