CONGO/SANTE : DES MISSIONS POUR L’OPTIMISATION DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES DU CHUB

 

BRAZZAVILLE, 31 JUIL (ACI) – Une lettre de missions pour l’optimisation des capacités institutionnelles du Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville (CHUB) vient d’être adressée au directeur général par intérim de cet hôpital, M. Jérémie Mouyokani, nommé récemment.

            Ce document adressé par la ministre congolaise de la santé et de la population, Mme Jacqueline Lydia Mikolo, s’articule autour de trois volets, à savoir le climat social et satisfaction des usagers ; soins et services de santé, et la gouvernance.

            Le premier volet axé sur «Climat et satisfaction des usagers» prescrit au nouveau directeur général par intérim d’établir un dialogue franc et constructif avec les partenaires sociaux et les représentants des différentes catégories professionnelles du CHUB, porté sur la résolution de leurs principales revendications, en vue d’ apaiser le climat social. Le nouveau directeur général devrait élaborer et exécuter un plan de communication destiné à améliorer l’image politique du CHUB.

            Dans le 2ème volet portant sur «les soins et services de santé», il est demandé au directeur général d’améliorer l’offre de soins par la rationalisation de la dépense hospitalière médicale en faveur de la production des soins et services, notamment en pharmacie, au laboratoire, en imagerie et dans les blocs médicotechniques.

            Il devrait élaborer les termes de références de l’étude sur les bâtiments et équipements du CHUB, en liaison avec la direction générale en charge des infrastructures au ministère de la santé et de la population ; de s’assurer de la mise en place et de l’application effective des procédures et protocoles de soins et services.

            En ce qui concerne «la gouvernance», la lettre recommande à la direction générale de préparer les documents utiles à la tenue, avant la fin de l’année 2017, du conseil d’établissement et du comité de direction de cette formation sanitaire, la plus grande du Congo ; de faire aboutir les négociations avec l’Unité de santé internationale et mettre en place la contractualisation pour la gestion du CHUB et de conduire la révision/actualisation du cadre juridique.

            La nouvelle équipe dirigeante devrait initier l’implantation des méthodes et outils de la gouvernance hospitalière et clinique, y compris l’informatisation de la gestion hospitalière. Elle devrait aussi améliorer la coordination médico-administrative du CHUB par l’inspection et la responsabilisation des soignants dans la rationalisation de la gestion administrative, technique, financière et comptable de l’hôpital ; et de s’assurer de l’application des procédures comptables et financières du centre, en conformité avec le règlement de la comptabilité publique.

            Dans le cadre de la bonne gouvernance, le ministère demande au nouveau directeur général de conduire le processus d’élaboration du Projet d’Etablissement Hospitalier (PEH) du CHUB et d’élaborer, conjointement avec la direction générale en charge des formations sanitaires et le cabinet du ministre, une feuille de route pour la validation du PEH. Il est aussi question de conduire, en liaison avec le cabinet du ministre, l’Agence Française de Développement (AFD) et le ministère en charge des grands travaux, le projet d’aménagement en eau et d’assainissement, y compris l’évacuation des eaux usées.

            La question de la formation, notamment le projet de renforcement des capacités en gestion hospitalière des cadres et coordonnateurs de soins du CHUB, en liaison avec la direction générale en charge des ressources humaines et financières, a été aussi prescrite à la nouvelle direction.

            Dans cette lettre, la ministre de la santé a aussi instruit le directeur général par intérim d’élaborer et d’exécuter de manière inclusive le plan de mise en œuvre des recommandations issues des missions d’audit institutionnel, organisationnel et financier en liaison avec le cabinet du ministère de la santé et de la population, l’inspection générale de la santé et la direction générale en charge des formations sanitaires.

            En dépit de l’existence d’un personnel hautement qualifié et d’une mobilisation conséquente des ressources, des audits réalisés au CHUB par la tutelle ont relevé de nombreux dysfonctionnements dans la gestion de cet hôpital qui  souffre aujourd’hui d’une tension de trésorerie. (ACI)  BANZOUZI Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *