CONGO/FORMATION :INAUGURATION DU CENTRE DE REINSERTION SOCIALE DE LA MAISON D’ARRET DE BRAZZAVILLE

BRAZZAVILLE, 07 AOUT (ACI) – Le ministre de la justice, des droits humains et de la promotion des peuples autochtones, M. Pierre Mabiala, a procédé le 4 août dernier à Brazzaville, à l’inauguration du centre de réinsertion sociale de la maison d’arrêt et de correction de Brazzaville et au lancement de la formation professionnelle et qualifiante de la première promotion des détenus.

     Le centre de réinsertion sociale de la maison d’arrêt et de correction de Brazzaville est une structure du service de la coordination des unités de production, régit par l’arrêté n°12899/MJDH-CAB du 15 septembre 2011, portant organisation des maisons d’arrêt. Il va permettre aux détenus de cette maison d’arrêt, de trouver des opportunités pour chasser la monotonie et la lassitude de l’incarcération, apporter du dynamique dans cette situation difficile et préparer les détenus à répartir jouer un rôle efficace dans la société.

         Ce centre qui a été réhabilité par le Programme d’Action pour le Renforcement de l’Etat de Droit et des Associations (PAREDA), après sa destruction pendant les événements sociopolitiques que le pays a connus en 1997, 1998 et 1999, a indiqué le directeur de la réinsertion sociale et de l’action sociale judiciaire, M. jean Joël Komo, est composé de sept salles conçues pour recevoir des ateliers, des bureaux et des toilettes.

         Dans ce bâtiment, a-t-il cité, est installé un module briqueterie, équipé de moules à briques et des pelles ; un module soudure équipé d’un grand poste à souder de 380 volts et d’autres appareils ; un module menuiserie, équipé d’une machine à bois à 7 opérations ; un module coupe et couture, doté de machines à coudre à pédale et à main, d’une machine à surfiler et d’une presse à bouton ; un module coiffure dame, équipé de tout le matériel nécessaire à ce métier, notamment, les casques, les souffleurs, baby Liss, et autres ; un module maraichage et un module informatique et NTIC non encore équipé.

         Selon M. Komo, la Direction Générale de l’Administration Pénitentiaire (DGAP) a permis de mettre à la disposition des quatre modules mis en fonction, les matières premières consommables, nécessaires pour la formation et des outils manuels qu’il fallait.

         «Ainsi, à compter de ce jour, par vague de ceux sélectionnés, la préparation des projets de réinsertion sociale et économique des détenus à la maison d’arrêt et de correction de Brazzaville, va être fonctionnelle, par l’apprentissage de certains métiers, la constitution d’un capital pour le financement des projets de réinsertion dans la société, à l’issue de la vente des produits de leur travail», a-t-il notifié. Il reste encore à équiper ce centre de matériels modernes, nécessaires pour la formation et la production des biens de consommation, a-t-il ajouté.

         Pour M. Komo, les modules des NTIC et des travaux du bâtiment en croissance exponentielle dans le monde, méritent d’attirer une attention urgente. Une boulangerie, une buanderie ou une ferme pour l’initiation à l’élevage, a-t-il dit, serait la bienvenue. (ACI)   BOTE Blanchard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *