CONGO/CULTURE : UNE CINQUANTAINE D’OEUVRES PICTURALES PRESENTEE AU VERNISSAGE DE LA RIAC

BRAZZAVILLE, 07 SEPT (ACI) – Une cinquantaine d’œuvres picturales a été présentée, le 5 septembre à Brazzaville, au vernissage tenu dans le cadre de la 6ème édition de la Rencontre Internationale de l’Art Contemporain (RIAC) organisée par les Ateliers SAHM sur le thème «Je te présente ma ville». 

Ouvrant l’exposition de ces œuvres qui va s’étendre jusqu’au 23 septembre à l’Institut Français du Congo (IFC), le vernissage a réuni une soixantaine d’artistes de divers horizons, venus participer à la RIAC.

Parmi la cinquantaine des œuvres présentées et expliquées figurent «Le scienceur» et «Le soiffard» d’Ibrahim Ballo (Mali), «La croqueuse» de Van-Andréa (Congo), «Vent» et «Blé» de Sylvia Rhud (France), «Les danseurs» de Eliane Aisso (Benin), «la réjouissance» de Kanfitine Yaffah (Togo), «600 jours en mémoire de Ota Benga» d’Aimé Mpane (RDC), «Afro re-construction» de Romuald Dikoume (Cameroun) et «Ma ville en hauteur» de Francis kodia (Congo).

Expliquant ses deux œuvres, M. Ballo a indiqué qu’il y dénonce l’alcoolisme et ses méfaits. Mme Rhud, quant à elle, a expliqué que ses œuvres sont une série de la nature et que deux de ses dessins sont beaucoup plus abstraits. «J’ai 3 œuvres à cette exposition. Je les ai réalisées au fusain», a-t-elle fait savoir. M. Mpané, lui, a été inspiré par l’histoire dramatique d’un pygmée Cabindais amené aux Etats Unis d’Amérique (USA) par un anthropologue Américain, a-t-il dit pour expliquer son œuvre faite d’une succession de tableaux représentant un visage taillé dans des tissus noirs et blancs. M. Dikoume a fait savoir qu’il est dans un langage assez utopique. Il a travaillé sur la thématique qu’il a nommée «Labyrinthe». «Le labyrinthe est le couloir que chacun de nous emprunte chaque matin pour vaquer aux occupations du quotidien», a-t-il indiqué.

Dans l’ensemble, les artistes ont recouru à trois techniques pour réaliser leurs œuvres, à savoir «l’acrylique sur toile», «l’encre de chine et stylo sur toile» et «peinture et pastel sur toile». Selon la contributrice et commissaire d’exposition, Mme Domitille Bertrand (France), cette exposition est pluridisciplinaire, en ce sens qu’elle a réuni la peinture, la sculpture, la photo et la vidéo.

Pour sa part, le 1er conseiller de l’Ambassade de France au Congo, M. Gilles Roussey, a félicité, dans son allocution, les artistes qui se sont mis à l’œuvre pour faire découvrir au public un univers à la fois chatoyant et douloureux, dans lequel il pourra se laisser entraîner.

Rendant hommage aux Ateliers SAHM qui ont organisé cette exposition dans le cadre de la 6ème édition de la RIAC, il a dit que «l’objectif de ce projet est de pallier le manque de moyens et de structures culturelles au Congo et d’offrir plus de visibilité à la création artistique congolaise sur la scène internationale». (ACI)

Benjamin MANKEDI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *