CONGO/EDUCATION: PLAIDOYER POUR AMELIORER LA QUALITE DE VIE PAR L’ALPHABETISATION

BRAZZAVILLE, 08 SEPT (ACI) – Le ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, M. Anatole Collinet Makosso, a plaidé le 7 septembre à Brazzaville, pour une autonomisation des individus, des familles, des communautés et l’amélioration de leur qualité de vie par l’alphabétisation.

           Cette plaidoirie a été faite, à l’occasion de la journée internationale de l’alphabétisation, commémorée le 8 septembre de chaque année. La 51ème édition de cette journée a été célébrée sur le thème «Alphabétisation : une étape incontournable sur le chemin de l’éducation pour tous tout au long de la vie».

  Pour lui, c’est à ce point que l’alphabétisation va contribuer à l’élimination de la pauvreté, la réduction de la mortalité infantile, l’inflexion de la croissance démographique, l’atteinte de l’égalité des genres et l’assurance de développement durable de la paix et de la démocratie.

  Le ministre a cité les actions menées par le gouvernement pour une alphabétisation en faveur des programmes amorcés depuis longtemps. Il s’agit, de la mise en œuvre des politiques éducatives du gouvernement congolais à travers l’application des sous-programmes du plan national d’éducation, la stratégie sectorielle de l’éducation qui sont déclinées en trois grands axes d’intervention : l’accès et l’équité, la qualité des apprenants et l’efficience, les actions de préscolarisation et d’alphabétisation au profit des fille-mères dans tous les départements du pays ; l’insertion des écoles ORA dans la carte scolaire nationale.

  Il s’agit également de la contribution du gouvernement japonais à travers le projet «Autorisation des jeunes et adolescents hors de l’école», en 2016-2017, qui a débouché sur le renforcement des capacités de plus des 600 jeunes et adolescents dans les métiers porteurs d’emplois notamment dans les départements de Brazzaville, de Pointe-Noire, de la Likouala et de la Sangha.

  Au fil des années, a indiqué le ministre, l’alphabétisation et la préscolarisation continuent de jouer considérablement des rôles multiples et essentiels dans le tissu éducatif, culturel et économique du pays. La preuve irrécusable, a-t-il soutenu, est apportée par l’évolution positive des indicatives de performance tels que le taux d’admission aux résultats des examens d’Etat comme le CEPE en sa session de juin 2017 avec un taux de réussite de 86,65% dans les centres d’alphabétisation et de ré-scolarisation et le BEPC avec un taux de 50,15% dans les centres de post-alphabétisation.

  Cette année, a dit le ministre, le Congo adhère à cet engagement international, en consentant des efforts, afin que l’éducation transforme les vies, pour bâtir la paix, éradiquer la pauvreté et promouvoir le développement durable. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *