LIBYE/CRISE:LA 4EME REUNION S’EST ACHEVEE SUR UNE NOTE DE SATISFACTION GENERALE

BRAZZAVILLE, 11 SEPT (ACI) – La 4ème réunion du Comité de haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye, tenue le 9 septembre dernier à Brazzaville, s’est achevée sur une note de satisfaction générale de la part des organisateurs et des délégués appréciant la participation active des différentes fractions libyennes qui ont accepté, pour la première fois, d’être ensemble autour d’une même table pour dialoguer. 

  Cette satisfaction s’est traduite par la qualité des décisions prises lors de cette rencontre dirigée par le Chef de l’Etat congolais, M. Denis Sassou-N’Guesso, en sa qualité de président du Comité de haut niveau de l’UA sur la Libye.

  Parmi les décisions adoptées et contenues dans le communiqué final publié à cet effet, figure celle relative à la tenue en décembre prochain, au siège de l’UA à Addis-Abeba en Ethiopie, du forum inter-libyen de réconciliation nationale pour ramener la paix en Libye, pays secoué par une guerre fratricide depuis 2011.

  Outre les délégués libyens, la réunion a connu la participation de trois Chefs d’Etat africains, à savoir M.Jacob Zuma de l’Afrique du Sud, M. Mahamadou Issoufou du Niger et M. Denis Sassou-N’guesso du Congo. Des représentants des pays africains tels : le Soudan, l’Algérie, la Tunisie, la Guinée, le Tchad et l’Egypte, ont assisté à cette 4ème réunion, aux côtés des délégués de l’ONU, de l’UA, de l’UE et de la Ligue des Etats Arabes.

  Concernant la participation des dirigeants politiques libyens à la rencontre, on a noté la présence du président du Conseil présidentiel, M. Faiez al-Serraj ; du président de la Chambre des Représentants, M. Agila Saleh ; du président du Haut conseil d’Etat, M. Abderrahman Swehli. Des membres des Comités de dialogue de la chambre des représentants et du Haut Conseil d’Etat ont aussi pris part à la réunion. Seul le maréchal Khalifa Haftar n’a pu prendre part à la rencontre, a-t-on constaté.

  La Libye connait depuis le printemps arabe, des secousses ayant entrainé la mort du guide libyen, Mouammar Kadhafi en 2011, et divisé le pays devenu un terrain d’affrontements entre milices rivales. Cette situation de guerre a entrainé un exode massif des populations et la destruction des biens. Plusieurs morts sont enregistrés chaque jour.

  La situation humanitaire, sécuritaire et économique s’est gravement détériorée, ont déploré les participants à la réunion, qui ont décrié le développement du terrorisme et ses liens avec les réseaux criminels, y compris le trafic des êtres humains. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *