CONGO-FMI : LES DISCUSSIONS AVEC LE FMI NE VONT PAS SACRIFIER LA QUESTION SOCIALE, SELON LUCIEN EBATA 

BRAZZAVILLE, 29 SEPT (ACI) – Le président du comité technique de la Commission chargée des négociations avec le Fonds Monétaire International (FMI), M. Lucien Ebata, a rassuré récemment à Brazzaville, que les discussions avec le FMI «ne vont pas sacrifier la question sociale du Congolais».

           Dans une interview accordée au quotidien «Les Dépêches de Brazzaville» dans sa livraison n°3029 du 28 septembre 2017, M. Ebata, qui est également Conseiller spécial du Chef de l’Etat aux financements extérieurs, a indiqué que ces négociations vont «préserver  les acquis sociaux, les salaires et autres situations sociales du congolais».

  «Les équipes technique et politique de la Commission qui ont été mises en place veilleront à ce que les intérêts du peuple congolais soient préservés», a-t-il fait savoir. Prié de dire si le Congo pourrait appliquer les mesures d’ajustement qui seront préconisées par le FMI à l’issue des négociations, il a reconnu qu’il ne s’agira pas des «recommandations ou de conclusions à sens unique. C’est de la négociation qui se fait entre le Congo et le FMI».

Les négociations avec le FMI permettront de faire «une analyse sur la viabilité de la dette congolaise afin de connaitre «le taux réel de la dette du Congo par rapport au Produit Intérieur Brut (PIB)», a expliqué M. Ebata.

Démentant les informations données par certains médias, accusant le Congo d’avoir caché la vérité sur sa dette au FMI, il a fait savoir que des équipes du ministère des finances se sont rapprochées du Fonds pour lui partager la gravité et la sensibilité de la situation. «La dette que d’aucuns estiment cachée n’était que celle dont les éléments ont été partagés par les autorités congolaises au FMI en juin dernier. Donc la dette des traders», a-t-il fait remarquer.

  1. Ebata a exprimé son optimisme quant à l’issue des négociations avec le FMI, devant aboutir à la mise en place d’un programme conduisant à un appui budgétaire. Ce programme sera précédé d’un cadrage macroéconomique qui soit fait au terme de toutes les discussions techniques qui vont être menées, a-t-il dit.

Le FMI est à sa troisième visite au Congo après la réunion des Chefs d’Etat de la CEMAC du 23 décembre 2016, recommandant à chaque pays d’ouvrir des négociations avec le Fonds pour un éventuel appui financier, suite aux difficultés économiques que connait chaque pays, en raison de la chute drastique du prix du baril de pétrole. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *