CONGO/UNESCO : VERS LA MISE EN OEUVRE DU PROJET DE DEVELOPPEMENT DE LA STRATEGIE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

BRAZZAVILLE, 29 SEPT (ACI) – La République du Congo et l’UNESCO ont pris l’engagement, le 27 septembre à Brazzaville, de mettre en œuvre le projet de développement de la stratégie sectorielle en matière de la recherche scientifique et de l’innovation technologique.

           Cet engagement a été pris au cours de l’audience entre la représentante de l’UNESCO, Mme Anna Elisa de Santana Afonso, et le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, M. Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou.

A cet effet, ils ont passé en revue la coopération entre l’UNESCO et le Congo dans le domaine de la recherche scientifique et de l’innovation technologique. «Nous avons également souligné l’importance de l’océanographie pour le développement durable du Congo ainsi que de la sous-région», a précisé la représentante de l’UNESCO, ajoutant qu’outre ce domaine, les deux parties ont évoqué le renforcement des capacités des experts et des chercheurs en matière de rédaction scientifique et le développement d’une technopole aussi à Pointe-Noire.

Concernant l’océanographie, l’UNESCO compte apporter, à travers la commission de l’océanographie intergouvernementale, une expertise qui peut accompagner le Congo, afin de rendre à l’océanographie toutes ses lettres de noblesse. Depuis l’arrêt des études menées par l’Orstom, le Congo n’a plus eu de mesurage au niveau de l’océan et de ses côtes, a indiqué le directeur de l’Institut de Recherche en Sciences Exactes et Naturelles (IRSEN), M. Clobite Bouka Biona.

«Nous avons un port en eau profonde et un développement important au niveau de ce secteur. Aussi, il y a un retrait de côtes qui va à une vitesse extraordinaire et il n’y a aucune surveillance. Donc, il faut renforcer les capacités matérielles et financières, mais également les ressources humaines. Sur ce, l’UNESCO et cet organe suggèrent de nous accompagner par une aide importante parce que c’est un défi et l’on ne peut pas tourner le dos à la mer»,    a-t-il fait savoir. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *