CONGO/ARTISANAT:OUVERTURE DE LA SESSION INAUGURALE DE L’ASSEMBLEE GENERALE DU CONA

BRAZZAVILLE, 13 OCT (ACI) – La session inaugurale de la première Assemblée générale ordinaire du Conseil National de l’Artisanat (CONA) s’est ouverte, le 12 octobre à Brazzaville, dans l’objectif de mener des réflexions qui conduiront à inscrire l’artisanat dans l’essor de l’économie de proximité pour consolider la diversification et la résilience de l’économie.

Ouverte du 12 au 13 octobre sous le patronage de la ministre des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, Mme Yvonne Adélaïde Mougany, cette session va porter sur deux affaires principales, à savoir l’adoption du projet de règlement intérieur, traitant des attributions et de la composition, ainsi que de l’organisation et du fonctionnement du Conseil et l’adoption du projet de programme d’activités 2017-2018.

Cette session fixera aussi des orientations pour une contribution améliorée de l’artisanat à la diversification et la résilience de l’économie congolaise, une mobilisation conséquente des partenaires et des ressources, en vue de l’atteinte des objectifs fixés et une plus grande intégration de l’artisanat dans la formulation, la planification et la mise en œuvre des programmes sous régionaux.

«Les principales problématiques et contraintes qui freinent l’éclosion de l’artisanat dans notre pays sont bien identifiées et connues, mais aussi amplement partagées», a déclaré Mme Mougany à l’ouverture de cette session, indiquant que l’urgence se situe dans une réelle reconnaissance de l’identité et du statut spécifique de transversalité totale de l’artisanat dont la présence n’est pas négligeable dans les activités des secteurs économiques traditionnels allant du primaire au tertiaire.

Parmi les maux qui minent l’artisanat congolais, Mme la ministre a noté l’inadéquation d’accompagnement spécifique ayant trait à la formation, à l’accessibilité aux facteurs de production essentiels, au renforcement du capital productif, aux financements, à la promotion sur le marché interne, à l’intégration dans le marché transfrontalier et international et à la couverture des programmes officiels de protection sociale et de services sociaux de base.
Mme Mougany a noté que le Congo dispose d’atouts décisifs répertoriés en cinq catégories qui pourraient profiter à l’artisanat. Pour la catégorie des matières premières, il s’agit entre autres du bois, de l’argile et des minerais. La deuxième catégorie renvoie à la dividende démographique et culturelle faite d’une jeunesse fortement scolarisée.

La troisième catégorie concerne l’accessibilité accrue aux infrastructures de base (routes, ports, énergie, fibre optique) pourvoyeuses de meilleurs services aux artisans et aux populations. La quatrième catégorie a trait à la disponibilité des ressources financières qui, en dépit de leur réduction drastique actuelle, peuvent aider l’artisanat à participer à la diversification et à la résilience de l’économie, notamment avec l’appui des initiatives résolument privées. La cinquième catégorie est la réaffirmation des engagements politiques qui œuvre au lancement d’une nouvelle ère du développement de l’artisanat.

A travers le monde, particulièrement dans les pays en voie de développement ou d’émergence, l’artisanat est davantage perçu comme un moteur de développement économique et un levier d’inclusion sociale. Au regard de ce rôle, il a été convenu de donner à l’artisanat, un cadre juridique et institutionnel favorable à une organisation appropriée et des moyens adéquats, a-t-on noté à la lecture du compte rendu des travaux préparatoires de cette session.

Compté au nombre des pays où se renforce cette conscience, le Congo a mis en place des structures spécifiques en faveur des activités artisanales, parmi lesquels le CONA. Les attributions de cette instance sont, entre autres, participer à l’élaboration des politiques de l’artisanat, veiller à l’exécution des choix nationaux dans le domaine de l’artisanat et émettre des avis sur les programmes et les textes relatifs à l’artisanat.

Créé en 2011 par décret présidentiel, cette structure compte 66 membres et est dirigée par un bureau de cinq membres dont la présidence est assurée par la ministre des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, Mme Yvonne Adélaïde Mougany. En marge de cette session, une dizaine d’artisans ont exposé leurs produits d’artisanat. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *