CONGO-SENAT OUVERTURE DE LA PREMIERE SESSION BUDGETAIRE

 

BRAZZAVILLE, 16 OCT (ACI) – La première session ordinaire budgétaire du Sénat congolais, ouverte le 16 octobre à Brazzaville, débattra jusqu’au 23 décembre prochain, six affaires arrêtées lors de la dernière conférence des présidents de cette chambre haute du Parlement.

Ces affaires portent sur la loi des finances pour l’année 2018 ; le projet de loi portant loi de règlement du budget de l’Etat exercice 2016 ; le projet du budget du Sénat exercice 2018 ; le projet de règlement intérieur du Parlement réuni en congrès ; les questions orales au gouvernement avec débat et les questions d’actualité.

La cérémonie d’ouverture de cette session a été présidée par le président du Sénat, M. Pierre Ngolo, en présence du Premier ministre, chef du gouvernement, M. Clément Mouamba qui avait à ses côtés, le ministre des affaires foncières et du domaine public, M. Pierre Mabiala.

  1. Ngolo a invité les sénateurs à mettre du sérieux dans l’examen des différents dossiers soumis à leur attention afin d’aboutir aux résultats escomptés qui feront de cette rencontre, «une bonne session qui devrait prendre place dans la marche de l’institution comme une session de la responsabilité».

Pour M. Ngolo, dorénavant, la réflexion et l’action du Sénat se donnaient pour fondements la rigueur, l’efficacité, la créativité et la stricte observation de la règle de sorte à être d’un apport significatif à la promotion de la bonne gouvernance et de la démocratie.

Abordant dans son discours, le volet des catastrophes naturelles ayant secoué ces derniers temps les pays sud-américains, les USA et les Caraïbes et occasionnant des dégâts matériels importants et des pertes en vies humaines considérables, le président du Sénat a appelé à saisir l’opportunité qu’offre la tenue en novembre prochain à Bonn en Allemagne de la COP23, pour l’opérationnalisation du Fonds Bleu. Il a demandé aux sénateurs de marquer leur contribution efficace à la réflexion.

Il s’est réjoui du dynamisme de la diplomatie congolaise, insufflé par le chef de l’Etat congolais, M. Denis Sassou-N’guesso et qui n’est plus à démontrer, notamment, avec la tenue à Brazzaville du sommet de haut niveau sur la Libye et bientôt celui de la CIRGL.

  1. Ngolo a suggéré que l’impulsion en cours soit préservée et renforcée en se mettant au service de la revitalisation de l’économie congolaise, malgré la dureté des temps. Ce dynamisme, a-t-il conclu, situe le Congo comme une des sources d’inspiration des décisions sur les sujets brûlants du monde. (ACI)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *