CONGO/PAUVRETE: BAISSE DU TAUX DE PAUVRETE MONETAIRE DANS LE PAYS

BRAZZAVILLE, 25 OCT (ACI) – Le taux de pauvreté monétaire au Congo a baissé, passant de 46,5% à 35%, entre 2011 et 2016, touchant désormais près de 1 million 300.000 habitants sur une population dont la projection est estimée, en 2016 à près de 4 millions 500.000 habitants. 

           Selon le représentant résident du PNUD au Congo et coordonnateur du système des Nations Unies, M. Antony Kwaku Ohemeng-Boamah, citant les estimations du ministère congolais du plan, de la statistique et de l’intégration régionale, malgré cette évolution encourageante, «un Congolais sur cinq soit près de 451.000 personnes (12,2%), est encore victime d’extrême pauvreté ; la pauvreté n’étant pas seulement pécuniaire».

  1. Ohemeng Boamah qui intervenait, le 23 octobre à Brazzaville, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale pour l’éradication de la pauvreté, sur le thème «Favoriser l’inclusion pour lutter contre la pauvreté», a indiqué que de plus en plus, le nombre de personnes à risque de pauvre multidimensionnelle ou d’exclusion sociale reste préoccupant. «Le problème se pose aujourd’hui d’autant plus d’acuité que la crise économique vient aggraver une situation fortement précaire», a-t-il relevé.

Selon lui, l’année dernière près de 1million 653.000 Congolais soit 44,7% de la population était en situation de privation matérielle, c’est-à-dire affectée par au moins une des trois dimensions de la pauvreté prise en compte dans le calcul de l’indice de pauvreté multidimensionnelle à savoir, la santé, l’éducation et le niveau de vie.

Ces indicateurs sociaux cachent de grandes disparités régionales entre les localités urbaines et rurales, a dit M. Ohemeng Boamah, précisant que la proportion de personnes vivant dans la pauvreté est plus élevée en zone rurale 75,6% qu’en milieu urbain 32%.

Dans son discours prononcé devant la ministre du plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Mme Ingrid Olga Ebouka-Babakas, le représentant du système des Nations Unies au Congo, a souhaité qu’à l’occasion de la commémoration du 25ème anniversaire de la Journée pour l’élimination de la pauvreté, que les autorités, les ONG et les autres partenaires veillent à ce que les préoccupations et les attentes des Congolais, en particulier ceux qui vivent dans la pauvreté, soient entendues et prises en compte.

La célébration de cette journée a été marquée par un focus au cours duquel des ONG, des jeunes et d’autres personnes vivant l’exclusion ont fait des témoignages et stigmatisé ce genre de comportement qui freinent l’évolution de la société congolaise.

La cérémonie s’est déroulée également en présence de la ministre des affaires sociales, de la solidarité et de l’action humanitaire, Mme Antoinette Dinga-Djondo. (ACI)

*                                                                                                                                                                                                                                                                          

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *